Budget - Febelfin met en garde contre une baisse de rentabilité des banques belges

01/07/13 à 18:36 - Mise à jour à 18:36

Source: Trends-Tendances

(Belga) Febelfin, la fédération belge du secteur financier, regrette la décision du gouvernement, dans le cadre des budgets 2013 et 2014, d'augmenter la taxe d'abonnement pour les banques alors que ces dernières ont déjà été largement mises à contribution depuis le déclenchement de la crise financière. "Y a-t-il un autre secteur auquel on a demandé en cinq ans de faire cinq fois plus d'efforts? ", interroge Michel Vermaerke, l'administrateur délégué de Febelfin.

S'il dit mesurer la tâche ô combien difficile devant laquelle se trouvait le gouvernement et s'il juge louable que le gouvernement veuille apporter des réponses à l'Europe par le biais de mesure structurelles, Michel Vermaerke n'apprécie guère les mesures appliquées aux banques. "On parle de 40 millions d'euros de taxes supplémentaires cette année et de 170 millions d'euros l'année prochaine. Cela représente plus de 10% de la rentabilité des banques belges". La rentabilité est nécessaire pour motiver les actionnaires à investir et pour renforcer les fonds propres, souligne encore Febelfin. Une rentabilité qui ne s'élève qu'à 3% là où elle devrait atteindre 7 à 8%. "Connaissez-vous un autre secteur auquel on ait demandé en cinq ans de fournir cinq fois plus d'efforts? ", demande Michel Vermaerke. "Nous ne perdons pas seulement notre capacité à investir dans l'économie. Cela contraint également à un contrôle des coûts, ce qui peut encore avoir un impact sur l'emploi", déplore l'administrateur délégué de Febelfin. De son côté, la BEAMA, l'association belge des Asset managers, membre de Febelfin, évoque des mesures dont l'impact "semble une nouvelle fois très lourd". "L'élargissement de la perception du précompte mobilier à tous les fonds obligataires touche en effet l'investisseur lambda en obligations. La fiscalité annoncée sur ces fonds met en péril l'avenir de ce type de produit d'investissement. Elle oriente l'investisseur vers des produits moins diversifiés, à niveau de risque plus élevé", estime-t-elle dans un communiqué. Concernant les fonds d'actions, la BEAMA considère que la résolution du cas du traitement inégalitaire entre les sociétés d'investissement belges et celles des autres pays européens pour la perception de dividendes "semble indiquer qu'une augmentation du précompte mobilier retenu sera appliquée." La BEAMA demande enfin l'application d'un "level playing field fiscal stable" aussi bien entre les différents pays européens qu'entre les différents types d'offres de produits d'investissement. "L'investisseur doit pouvoir choisir le produit qui correspond au mieux à son profil de risque, indépendamment de considérations fiscales", conclut l'association. (Belga)

Nos partenaires