Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

29/04/14 à 14:27 - Mise à jour à 14:27

Base et Mobistar, à vendre?

Comme toujours quand un média annonce la possible vente d'une entreprise, l'entreprise en question dément l'information et précise qu'il n'y a pas de pourparlers en ce moment. Cette manière de dire "circulez, il n'y a rien à voir" est parfois sincère, mais parfois aussi une tactique pour ne pas faire capoter les négociations de rachat.

Le journal Le Soir croit donc savoir que les opérateurs télécoms Base et Mobistar sont susceptibles d'être mis en vente par leurs actionnaires respectifs. Si le Soir pense qu'un tel scénario est probable malgré les dénégations des firmes en question, c'est pour plusieurs raisons. La première, c'est que tant Base que Mobistar ne sont pas au mieux de leur forme sur le plan financier. Il suffit de regarder les derniers chiffres pour s'en rendre compte... Dans le cas de Mobistar, même les analystes financiers chargés de suivre le secteur se posent des questions sur la stratégie suivie. L'un d'eux a même, à un moment donné, opté pour une recommandation de vente des actions Mobistar car cet opérateur n'est présent que dans la téléphonie mobile. Pour les experts, cette situation mono-produit est sans doute intenable à terme face à des concurrents qui offrent en plus des forfaits comprenant la télévision, l'internet haut débit et le téléphone fixe. Et donc, sur le papier un concurrent comme Telenet serait sans doute le mieux à même de reprendre Mobistar ou même Base. Belgacom pourrait aussi penser à ce genre de rachat, mais il semble que le conseil de la concurrence pourrait bloquer ce projet. Reste évidemment d'autres acteurs comme Numéricable via sa maison-mère Altice ou encore Voo via sa maison-mère Tecteo.

Bref, les spécialistes pensent que vu les faibles perspectives d'avenir de Base et de Mobistar, une recomposition du paysage belge des télécoms pourrait avoir lieu d'ici la fin de l'année.

Sans entrer dans les détails de ce jeu d'échec, ce qui est intéressant dans l'analyse du journal Le Soir, c'est que le destin de Base et de Mobistar seraient étroitement liés. Car si Base ou Mobistar est racheté par un concurrent, il y a des risques pour que l'autre firme reste en rade... Donc dans cette partie de poker menteur, aucune de ces deux firmes ne souhaitera rester à la traine, et c'est la raison pour laquelle, certains pensent que soit Base soit Mobistar sortira bientôt du bois. Mais pour se marier avec qui ? C'est toute la question.

Nos partenaires