Wall Street ouvre sur un rebond après un long week-end

19/01/16 à 16:59 - Mise à jour à 16:59

Source: Belga

Wall Street a ouvert en hausse mardi, au sortir d'un weekend de trois jours, essayant de rebondir malgré des chiffres chinois moroses et des prévisions frileuses du Fonds monétaire international (FMI): le Dow Jones prenait 0,97% et le Nasdaq 0,88%.

Wall Street ouvre sur un rebond après un long week-end

© AFP

Vers 14H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 154,64 points à 16.142,72 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 39,52 points à 4.527,94 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, s'adjugeait 15,84 points, soit 0,84%, à 1.896,17 points.

Vendredi, la Bourse de New York avait chuté, les investisseurs ne trouvant rien pour les rassurer face à la chute des prix du pétrole, au déclin des places européennes et à de mauvais indicateurs: le Dow Jones avait dégringolé de 2,39% à 15.988,08 points et le Nasdaq de 2,74% à 4.488,42 points, au plus bas depuis la fin octobre 2014.

Désormais, "la Bourse américaine revient aux affaires de façon positive, après un week-end de trois jours, comme les Bourses mondiales sont soutenues par un rebond en Chine, malgré des chiffres ternes", ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

La Bourse de Shanghai a terminé mardi sur un bond de plus de 3%, malgré l'annonce d'un vif ralentissement de la croissance chinoise en 2015, au plus bas depuis un quart de siècle.

"On entend dire que les investisseurs sont soulagés de voir que le ralentissement ne s'est pas aggravé et que les derniers chiffres donnent des signes de stabilisation", a rapporté Patrick O'Hare, de Briefing, avec un certain scepticisme. "On entend aussi dire que ce ralentissement persistant va encourager de nouvelles mesures de relance."

En l'absence d'indicateurs américains notables, la hausse de Wall Street ne s'expliquait guère plus par un nouvel abaissement des prévisions de croissance mondiale du FMI, qui a mis en garde sur un "déraillement" de l'économie mondiale.

Pour M. O'Hare, "la tentative de rebond d'aujourd'hui est surtout liée aux forts déclins" des indices depuis le début de l'année, le S&P ayant perdu quelque 8%. "On suppose beaucoup que le marché devrait observer un rebond conséquent."

"Ces derniers temps, ce qui compte, c'est moins comment le marché ouvre que comment il ferme", a-t-il relativisé, rappelant que, ce mois de janvier, Wall Street avait souvent ouvert en hausse pour se replier ensuite.

En savoir plus sur:

Nos partenaires