Wall Street fait un pas en arrière face aux incertitudes mondiales

01/09/15 à 08:22 - Mise à jour à 08:22

Source: Belga

Wall Street a baissé lundi, les investisseurs prenant leurs précautions face à un contexte incertain, sur l'économie chinoise comme sur les intentions de la Réserve fédérale (Fed): le Dow Jones a perdu 0,69% et le Nasdaq 1,07%.

Wall Street fait un pas en arrière face aux incertitudes mondiales

© istock

Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 114,98 points à 16.528,03 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 51,82 points à 4.776,51 points.

L'indice élargi S&P 500, particulièrement surveillé par les investisseurs, a reculé de 0,84%, soit 16,69 points, à 1.972,18 points.

La baisse des indices, qui avaient déjà enregistré une séance calme vendredi, est nettement plus limitée que les violentes fluctuations de la semaine dernière, au cours de laquelle le Dow Jones avait perdu jusqu'à 1.000 points en séance pour finalement observer une petite hausse hebdomadaire.

"Il y a fort à parier que l'instabilité ne pourra pas être plus élevée que la semaine dernière !", a estimé Bill Lynch de Hinsdale Associates.

En ce qui concerne la séance de lundi, "il n'y pas de véritable actualité", a-t-il jugé. "Le calendrier des résultats d'entreprises est très peu fourni cette semaine, et le seul indicateur que j'ai noté aujourd'hui, c'était l'indice d'activité de la région de Chicago, qui était à peu près semblable aux attentes."

En léger recul pour le mois d'août, mais tout de même en territoire positif, cet indice n'a guère fait bouger Wall Street, qui, plutôt, "essaie toujours de comprendre ce qui se passe en Chine", selon Sam Stovall, de Standard & Poor's Capital IQ.

Lundi, c'est moins la baisse d'environ 1% de la Bourse de Shanghai, minime par rapport aux quelque 40% perdus depuis juin, qui a retenu l'attention des investisseurs que des rumeurs de presse selon lesquelles le gouvernement chinois avait cessé ses achats d'actions et ses interventions, tout en durcissant la répression des personnes accusées de "déstabiliser" le marché.

Sur un plan plus spécifique aux Etats-Unis, "les gens essaient de déterminer si la Réserve fédérale va relever en septembre ses taux", actuellement presque nuls, a rapporté M. Stovall.

Les investisseurs, qui se demandent quel calendrier suivra la banque centrale américaine pour commencer à retirer ce précieux soutien à l'économie, ont pour le moment trouvé peu de réponses dans les propos tenus au cours du week-end par son numéro deux, Stanley Fischer, qui a laissé la porte entrouverte à un relèvement des taux d'intérêt dès septembre tout en reconnaissant que la Fed surveillait étroitement l'évolution de l'économie chinoise.

"La semaine dernière, les indicateurs économiques ont été nettement meilleurs que prévu", notamment une révision en hausse du produit intérieur brut américain du deuxième trimestre, a rappelé M. Stovall. "En un sens, cela donne une fenêtre à la Fed pour relever ses taux à la mi-septembre."

En hausse à l'ouverture, le marché obligataire reculait. Vers 20H20 GMT le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 2,215% contre 2,182% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,958% contre 2,915% auparavant.

Nos partenaires