Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/07/16 à 16:02 - Mise à jour à 16:01

Voici pourquoi "il y a quelque chose de pourri au Royaume de la finance"

La planète finance marche sur la tête depuis quelque temps déjà. Comme l'écrit fort joliment Le Figaro, s'il était né à notre époque, Shakespeare aurait d'ailleurs pu écrire qu'il y a "quelque chose de pourri au Royaume de la finance".

Voici pourquoi "il y a quelque chose de pourri au Royaume de la finance"

Arnold schwarzenegger est Hamlet, dans le film Last Action Hero de John McTiernan. © DR

Si je dis cela, c'est parce que nous vivons une période bizarre. Aujourd'hui, les plus grandes sociétés cotées du monde peuvent emprunter à des taux de 0% et les États les plus sûrs, comme l'Allemagne ou la Suisse, et dans une moindre mesure la Belgique ou la France, peuvent également emprunter auprès des marchés financiers à des taux... négatifs ! C'est complètement fou, car la plupart des États de la zone euro sont surendettés. Mais malgré cela, plus de la moitié des emprunts qui sont émis le sont à des taux négatifs. En clair, les prêteurs, les investisseurs paient les États emprunteurs pour acheter leurs obligations souveraines. Rien que cela est déjà perturbant en soi.

Mais ce n'est pas la seule folie à laquelle on assiste en ce moment. Prenez une société comme Microsoft. Elle a de l'argent, beaucoup d'argent - plus de 100 milliards de dollars en cash. Or, comme vous le savez, Microsoft a racheté il y a quelques semaines le réseau social LinkedIn pour 26 milliards de dollars. Vous vous dites, si Microsoft a 100 milliards en trésorerie, elle va payer ce rachat cash... Eh bien, non. Plutôt que de puiser dans sa tirelire de 100 milliards de dollars, Microsoft s'est endettée pour acheter LinkedIn. Vous avez bien entendu: endettée ! Pourquoi ? Parce que les taux d'intérêt sont si bas, qu'il vaut mieux s'endetter pour acheter LindkedIn.

Partager

Une société qui croule sous l'argent a aujourd'hui intérêt à s'endetter au lieu de payer cash

En effet, si Microsoft a 100 milliards de dollars dans son bas de laine, elle aurait dû rapatrier ce bas de laine aux États-Unis. Et cet argent aurait été taxé... Donc, cela a l'air fou en apparence, mais une société qui croule sous l'argent comme Microsoft a aujourd'hui intérêt à s'endetter au lieu de payer cash un achat.

Le Figaro nous rappelle que c'est le même scénario qui se produit régulièrement avec d'autres sociétés comme Apple. Voilà une société qui est encore plus riche que Microsoft, elle a plus de 200 milliards en cash. Eh bien, là encore, quand Apple doit distribuer des dividendes à ses actionnaires, plutôt que de puiser dans sa cagnotte de 200 milliards, les dirigeants d'Apple préfèrent s'endetter pour payer ces dividendes, car c'est plus rentable pour eux de procéder de la sorte.

Aujourd'hui, les plus grandes entreprises qui empruntent pour trois fois rien sont aussi celles qui n'ont pas besoin d'emprunter, car elles croulent sous l'argent. Le dirigeant de PME qui voit cela doit sans doute râler sec, car lui doit hélas composer avec un banquier qui se montre souvent intransigeant et ne fais pas de cadeau. Quand je vous disais qu'on marchait sur la tête, je n'étais pas loin de la vérité !

Nos partenaires