Une crise des subprimes menace le secteur auto américain

14/01/15 à 17:01 - Mise à jour à 16:58

Source: Belga

Six ans après la crise, une nouvelle bulle est en train de se former aux Etats-Unis, celle des crédits automobiles aux taux d'intérêt exponentiels accordés à des ménages fragiles.

Une crise des subprimes menace le secteur auto américain

© istock

Ces prêts ont explosé ces dernières années aux Etats-Unis, selon différentes statistiques, et devraient encore augmenter. Plus de 20% des 870 milliards de dollars de crédits auto accordés aux Etats-Unis au troisième trimestre 2014, étaient des "subprime", selon le cabinet spécialisé Experian.

Cela a permis de soutenir les ventes de voitures, revenues à leur meilleur en 2014. "Les consommateurs fragiles qui avaient du mal à trouver un crédit trouvent désormais prêteur", confirme l'agence de notation Standard & Poor's. Comme avec l'immobilier, les prêteurs, souvent des institutions financières et les bras financiers de constructeurs automobile, sont moins regardants sur la situation financière des emprunteurs. Ils vont parfois jusqu'à falsifier les informations personnelles (emploi, revenus) pour refourguer les prêts.

"Les personnes pauvres sont les plus visées. Les prêteurs les poussent à emprunter des sommes importantes qu'ils ne seront pas en mesure de rembourser", s'alarme Chris Kukla de l'association de protection des consommateurs Center for Responsible Lending en Caroline du Nord.

Le taux d'impayés a augmenté sur les trois dernières années pour atteindre en moyenne 13% en septembre, soit la moyenne des années précédant la crise (10-12%), selon la banque Wells Fargo. Ces défauts de paiement se traduisent par de lourdes pertes pour les institutions financières. Comme avec les "subprime" immobiliers, les crédits auto "pourris" essaiment à Wall Street via des produits financiers complexes (ABS).

En quête d'actifs proposant de meilleurs rendements dans le contexte actuel de taux d'intérêt quasi nuls et d'actions chères en Bourse, les investisseurs institutionnels - banques, assureurs, fonds - se jettent sur ces produits dont la rémunération dépasse les 20%. Ils font le pari que les emprunteurs choisiront toujours de rembourser tôt ou tard leur crédit auto car ils ont besoin de leur voiture dans leur quotidien, résume Tom Webb, économiste chez Manheim.

Les principaux émetteurs sont Santander Consumer USA, Americredit Financial (General Motors) et Exeter (fonds Blackstone). Le régulateur boursier américain, la SEC, enquête sur les produits financiers ABS, tandis que la municipalité de New York a ouvert une investigation sur deux filiales de Santander.

En savoir plus sur:

Nos partenaires