Standard and Poor's dégrade la note de la Belgique

25/11/11 à 19:11 - Mise à jour à 19:11

Source: Trends-Tendances

C'était à craindre la note de la Belgique vient d'être dégradée. Elle passe de AA+ à AA .

Standard and Poor's dégrade la note de la Belgique

© Reuters

L'agence de notation Standard en Poor's (S&P) a dégradé vendredi soir la note de la Belgique de AA+ à AA, avec une perspective négative. L'agence pointe notamment du doigt l'échec de la formation du gouvernement, par le biais duquel aucune réforme fiscale et structurelle importante ne peut voir le jour. D'après l'agence de presse financière Bloomberg, il s'agit de la première dégradation de la note de la Belgique par S&P en près de 13 ans.

D'après S&P, l'incertitude politique constitue un risque pour la note de notre pays. Bien que le gouvernement intérimaire actuel a pris des mesures, ce dernier n'a pas de mandat pour mener des réformes structurelles et fiscales, affirme S&P. S&P estime également que le risque augmente que le secteur financier ait besoin de nouvelles aides d'Etat. Cela pourrait pousser le taux d'endettement de la Belgique au-dessus des 100% du PIB.

Enfin, S&P souligne que le risque d'un ralentissement de la croissance en 2012 augmente. La Belgique, tournée vers les exportations, est très sensible à la baisse de la demande étrangère, selon l'agence. S&P maintient la perspective négative de la Belgique, ce qui n'exclut pas de prochaines dégradations de la note. Fin octobre, Fitch avait confirmé la note de AA+ de la Belgique. Moody's avait menacé le mois dernier d'abaisser la note.

La note belge reste l'une des plus solides d'Europe
Selon le ministre des Finances Didier Reynders, "cette dégradation reflète la progression des taux d'intérêt dans notre pays et dans toute la zone euro, ce qui est entre autres lié à la diminution de confiance des investisseurs sur le plan mondial". Dans ce cadre, la note de différents pays au sein et à l'extérieur de la zone euro a été récemment dégradée, a-t-il précisé dans un communiqué.

Le ministre des Finances a cependant précisé qu'"après cette dégradation, la note belge reste l'une des plus solides d'Europe". Grâce à la réduction du déficit public réalisée à nouveau depuis 2009 (et à l'effort continu de réduction de la dette publique depuis le milieu des années nonante, qui a vu notre dette chuter de plus de 40% du PIB), "la Belgique est l'un des rares pays de la zone qui soit parvenu à stabiliser sa dette publique, dont la trajectoire est d'ores et déjà orientée à la baisse", assuré M. Reynders.

Selon le ministre, l'annonce faite par Standard & Poor's renforce encore la nécessité de "finaliser à très brève échéance le budget 2012" en avance par rapport aux engagements pris vis-à-vis de l'Union européenne, à savoir un solde net à financer de maximum 2,8% du PIB en 2012 et un retour à l'équilibre budgétaire au plus tard en 2015.

Cette réduction du déficit des finances publiques devra comporter des "mesures structurelles", a-t-il insisté. Cela doit également renforcer notre détermination à adopter les réformes nécessaires au renforcement du potentiel de croissance de notre économie, notamment dans le domaine du marché du travail.


La FEB réclame un accord gouvernemental rapide, crédible et complet
L'abaissement de la note de la Belgique par l'agence Standard and Poor's (S&P) et l'augmentation très rapide des taux des obligations linéaires belges (OLO) démontrent qu'il est absolument nécessaire que les négociations politiques aboutissent ce week-end, estime, vendredi, l'administrateur de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), Rudi Thomaes.

S&P a dégradé vendredi soir la note de la Belgique de AA+ à AA, avec une perspective négative. Dans le même temps, les taux des OLO est passé de moins de 4,80 pc lundi à plus de 5,80 pc vendredi. Pour la FEB, il est clair que la Belgique ne peut s'en sortir qu'avec un accord gouvernemental rapide qui reprendra l'ensemble des recommandations européennes et leur donnera des réponses crédibles. Les négociateurs doivent donner "sur l'ensemble des recommandations européennes, une réponse totalement crédible qui démontre que le pays, avec les perspectives de croissance qui s'annoncent, peut atteindre tous les objectifs budgétaires, répondre aux défis du vieillissement de la population, et évoluer vers

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires