Secteur bancaire: les syndicats s'inquiètent des conséquences des nouvelles taxes

04/07/13 à 16:52 - Mise à jour à 16:52

Source: Trends-Tendances

Les syndicats des secteurs des finances ont fait part de leur inquiétude jeudi par rapport aux conséquences sur le personnel et les clients des nouvelles taxes sur le secteur bancaire décidée par le gouvernement fédéral dans le cadre des budgets 2013 et 2014.

Secteur bancaire: les syndicats s'inquiètent des conséquences des nouvelles taxes

© Thinkstock

Le gouvernement a décidé d'une augmentation de la taxe d'abonnement pour les banques, qui devrait permettre de rapporter 40 millions d'euros cette année et 171,1 millions d'euros en 2014. Si les syndicats CNE, SETCa et CGSLB estiment qu'après la crise financière, il convient de soumettre les banques à un nouveau cadre réglementaire et d'instaurer des garanties supplémentaires pour protéger les clients et le budget belge, ils n'en considèrent pas moins que "les limites sont atteintes".

"Pour qui ne l'aurait pas encore compris, toutes les mesures reviennent comme un boomerang dans le visage des clients et du personnel. Conséquences: encore plus de fermetures d'agences, des taux d'intérêt proches de zéro, un démantèlement drastique de l'emploi et une pression sur les conditions de travail et de rémunération", dénoncent dans un communiqué les syndicats pour qui "ce que les pouvoirs publics engrangent d'un côté en termes de recettes nouvelles, ils le perdent de l'autre à devoir payer des allocations de chômage."

Les syndicats déplorent en outre que les mesures gouvernementales ne cessent de toucher, selon eux, les banques non-cotées en Bourse, "où l'insécurité et les situations de type 'casino' n'ont jamais été à l'ordre du jour." Les syndicats demandent à pouvoir se mettre autour de la table avec le ministre des Finances.

La fédération du secteur financier Febelfin a déjà mis en garde contre une baisse de rentabilité des banques belges alors que nombre d'entre elles ont déjà lancé des programmes d'économies entraînant des pertes d'emploi.

Nos partenaires