Scandale financier en Moldavie ou comment voler 1 milliard de dollars

09/04/15 à 07:04 - Mise à jour à 07:04

Source: Belga

Procureurs anticorruption, parlementaires et même détectives financiers américains cherchent depuis des semaines la trace d'1 milliard de dollars qui se sont évaporés en Moldavie, un scandale bancaire à même de déstabiliser ce pays, le plus pauvre d'Europe.

Scandale financier en Moldavie ou comment voler 1 milliard de dollars

Stephane Bride, ministre de l'économie moldave. © Belga

"Disparition mystérieuse" ou "vol du siècle"? L'affaire a éclaté au grand jour lorsque la Banque centrale de Moldavie (BNM) a découvert que trois établissements, représentant environ un tiers des actifs bancaires du pays, avaient accordé des crédits pour un montant total de 1 milliard, soit 15% du Produit intérieur brut (PIB).

La transaction a été bouclée en l'espace de quelques jours, et juste avant les élections législatives de fin novembre, remportées de peu par les partis pro-européens face à l'opposition pro-russe.

Les destinataires de ces crédits ne sont pas identifiés, et il semble que l'argent se soit purement et simplement envolé. "Je ne peux pas expliquer comment on peut voler une somme aussi importante dans un pays aussi petit!", a lancé récemment le représentant de l'Union européenne (UE) en Moldavie, Pirkka Tapiola.

Les députés se sont saisis de l'affaire. Selon un rapport d'une commission parlementaire discuté à huis-clos, mais qui a filtré dans la presse, une partie de l'argent aurait été transférée dans quatre banques russes.

Pour éviter la faillite des trois établissements incriminés, qui aurait provoqué un vent de panique dans l'ensemble du système bancaire, la Banque centrale a placé sous sa gestion directe les trois établissements, la Banque d'économies (BEM), l'Unibank et la Banque sociale.

Le Parquet général a ouvert une enquête. Jusqu'ici deux personnes, dont l'identité est gardée secrète, ont été placées en détention provisoire et les biens de plusieurs autres mis sous séquestre.

En savoir plus sur:

Nos partenaires