Rififi politique à la commission Dexia

08/02/12 à 20:04 - Mise à jour à 20:04

Source: Trends-Tendances

Les membres "verts" de la commission Dexia sont menacés d'exclusion, accusés d'avoir transmis des informations confidentielles à la presse. Ce mini-scandale s'est rapidement transformé en "guéguerre" majorité contre opposition.

Rififi politique à la commission Dexia

© Belga

Une exclusion des députés écologistes Georges Gilkinet et Meyrem Almaci de la commission Dexia, pour révélation d'informations jugées confidentielles (lire ci-après), serait "exagérée", estime le socialiste flamand Dirk Van der Maelen, lui-même membre de cette commission.

"S'ils l'ont fait, ils ont commis une faute, mais la majorité de la commission est en train de faire une erreur si on envisage de les exclure sur cette base", a-t-il déclaré sur les ondes de la VRT.

La commission parlementaire sur Dexia doit décider aujourd'hui jeudi d'une possible exclusion du duo Gilkinet/Almaci.

Commission Dexia : les députés Gilkinet et Almaci menacés d'exclusion

La commission spéciale de la Chambre sur le démantèlement du groupe Dexia se prononcera donc ce jeudi soir sur la possible exclusion de Georges Gilkinet (Ecolo) et Meyrem Almaci (Groen), soupçonnés d'être à l'origine des révélations dans la presse, ce mercredi, d'un possible délit d'initiés dans le dossier Dexia

Courroucé par cette nouvelle fuite, le bureau de la commission, qui regroupe la présidente, les vice-présidents et les rapporteurs (dont Georges Gilkinet), s'est réuni mercredi pour une discussion franche après les interventions des deux députés écologistes dans la presse sur ce dossier.

"Tous les membres du bureau - sauf Georges Gilkinet - ont constaté une rupture de confiance envers Georges Gilkinet et Meyrem Almaci et affirmé leur volonté de ne plus travailler dans des conditions pareilles", a indiqué mercredi Marie-Christine Marghem (MR), présidente de la commission.

Dans la foulée, le bureau a décidé de convoquer ce jeudi, après la séance plénière de la Chambre, une réunion à huis clos de la commission pour décider de l'éventuelle exclusion des deux écologistes. "C'est dommage car ils travaillent vraiment bien", a ajouté Marie-Christine Marghem, tout en leur reprochant de vouloir récupérer un "travail collectif" et de "se faire mousser par volonté électoraliste".

Commission Dexia : "La recherche de la vérité est mon seul objectif !" (Gilkinet)

Interrogé mercredi soir, Georges Gilkinet jugeait pour sa part être l'objet d'une "réaction démesurée" de ses collègues, réfutant avoir diffusé quelque document confidentiel que ce soit vers la presse. "J'ai seulement donné mon commentaire, assure le Namurois. La recherche de la vérité est mon seul objectif. Certains (commissaires) auraient voulu que je démissionne, mais je ne le ferai pas."

Quant à la perspective d'être exclu de la commission - où il s'est montré particulièrement actif - Georges Gilkinet estime qu'il s'agirait "d'un très mauvais signal envers l'opinion publique".

Commission Dexia : "Nous n'en avons pas contre une formation politique en particulier" (Marghem)

En cas d'exclusion des deux membres, ceux-ci pourraient toutefois être remplacés par deux membres de leur parti respectif. "Nous n'en avons pas contre une formation politique en particulier", insiste Marie-Christine Marghem.

Sur le fond du dossier, celle-ci a assuré mercredi que la suspicion de délit d'initiés avant la chute de Dexia évoquée par la presse était "fausse", la FSMA n'ayant fait état, selon les documents confidentiels fournis à la commission, que de transactions "pas significatives". En temps normal, ces opérations n'auraient pas fait l'objet d'investigations, mais vu le naufrage du groupe franco-belge qui a suivi, le régulateur financier a néanmoins décidé de lancer une enquête, a souligné la présidente de la commission.

Commission Dexia : "Les partis traditionnels veulent museler l'opposition !" (Ecolo)

Pour Ecolo et Groen, "il est clair que les membres des partis traditionnels de cette commission veulent empêcher l'opposition de faire son travail, soit en la privant de toute capacité à participer à la rédaction du rapport de la Commission, soit en privant le groupe Ecolo-Groen de ses meilleurs éléments sur ce dossier, deux parlementaires qui l'ont suivie depuis le début, de façon très active", selon un communiqué.

"Depuis le début des travaux de la commission, le groupe Ecolo-Groen constate le décalage entre la volonté de limiter le pouvoir d'investigation et d'expression de ses membres et le manque de détermination de certains membres de partis de la majorité à rechercher la vérité dans ce dossier", ajoutent les écologistes.

Commission Dexia : "A Ecolo de prendre ses responsabilités" (cdH)

Les accusations d'Ecolo et Groen envers les partis "traditionnels" de vouloir "museler l'opposition" en adoptant des sanctions contre les députés Gilkinet et Almaci reviennent à présenter les choses à l'envers, a dénoncé député cdH Joseph George, membre de ladite commission : "Georges Gilkinet a enfreint les règles éthiques et morales, fragilisé la commission et saboté son travail en présentant des informations déformées, non vérifiée ou des contre-vérités. Il n'aurait mieux agi s'il était l'allié du secteur financier..."

Le député cdH se demande si Ecolo "couvre" un tel comportement et appelle le parti vert et le principal intéressé à prendre une décision. Joseph George juge toutefois prématuré de se prononcer sur une éventuelle exclusion : "Nous allons écouter, il y aura encore des débats."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires