Rencontre entre le personnel d'ING et son CEO mercredi

08/11/16 à 14:09 - Mise à jour à 14:08

Source: Belga

Le CEO d'ING Group, Ralf Hamers, rencontrera mercredi matin, à Bruxelles, le personnel belge de la banque, dont la direction avait annoncé début octobre vouloir se séparer de 3.158 emplois d'ici 2021. Les syndicats comptent en profiter pour lui signifier leur désaccord quant à cette restructuration, préviennent-ils mardi en front commun, craignant que celle-ci "mette réellement en danger la survie d'ING Belgique".

Rencontre entre le personnel d'ING et son CEO mercredi

Ralph Hamers, CEO d'ING. © Reuters

Depuis l'annonce de début octobre, le conseil d'entreprise d'ING s'est réuni à six reprises. "Sur la base des informations que les représentants du personnel ont reçues, nous avons surtout l'impression que la direction n'a pour ligne directrice qu'une sévère réduction linéaire des coûts. Indépendamment des dégâts humains que cette opération va causer, nous nous interrogeons de plus en plus sur sa pertinence économique. Nous craignons qu'elle mette réellement en danger la survie d'ING Belgique", s'inquiètent le Setca, la CNE et la CGSLB.

"Prétendre restructurer 12 domaines d'activité en même temps, tout en absorbant des filiales telles que Record Bank (...), et tout en réduisant dramatiquement le nombre de membres du personnel au risque de le démotiver, dénote d'un manque total de sens des réalités!", déplorent les syndicats, qui appellent la direction à "oser entamer le débat" avec les actionnaires, qui "portent également leur part de responsabilité".

"Ne pas réagir alors que Ralf Hamers vient faire en quelque sorte la promotion de sa banque aurait été bizarre. Nous prévoyons dès lors un petit comité d'accueil", explique Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du Setca, qui espère que les syndicats auront l'occasion de s'exprimer à l'intérieur de l'hémicycle.

Une réunion entre direction et syndicats est par ailleurs prévue lundi afin de déterminer les critères permettant de démarrer les négociations quant à un plan social au sein de l'entreprise et qui correspondent à la deuxième phase de la procédure de licenciement collectif. Une discussion qui se fera parallèlement à la première phase, d'information et de consultation, qui n'est pas encore terminée mais qui ne doit pas perturber celle-ci, prévient le syndicaliste socialiste.

TrendsInformation Services

Connectés en permanence

Connectés en permanence

A peine une vingtaine d'années se sont écoulées entre l'apparition des premiers ordinateurs ...

Nos partenaires