Quand la Grèce fait plonger Wall Street, l'euro et Tokyo

28/04/10 à 09:53 - Mise à jour à 09:53

Source: Trends-Tendances

A l'heure où les taux grecs à 10 ans ont dépassé le seuil de 10 % - du jamais vu en zone euro - l'incertitude quant aux déficits publics européens a fait plonger tant Wall Street que la Bourse de Tokyo. L'euro, de son côté, repassait sous la barre de 1,32 dollar pour la première fois en un an.

Quand la Grèce fait plonger Wall Street, l'euro et Tokyo

© Epa

L'euro sous 1,32 dollar pour la première fois depuis un an

L'euro est passé sous la barre de 1,32 dollar mardi pour la première fois depuis la fin d'avril 2009, sous la pression de vives inquiétudes sur les déficits publics en Europe, relancées par l'abaissement des notes de la Grèce et du Portugal.

La note souveraine du Portugal a en effet été abaissée de deux crans, à "A-" contre "A+" par l'agence de notation Standard & Poor's qui l'a assortie d'une perspective négative. La note de la dette à court terme du Portugal a été abaissée à "A-2" contre "A-1" précédemment. Cet abaissement de notation reflète les craintes sur la situation budgétaire du Portugal. Selon le scénario de Standard & Poor's, "le gouvernement portugais devrait se débattre pour stabiliser son niveau d'endettement élevé d'ici à 2013." Signalons que l'agence Fitch avait abaissé le 24 mars la note du Portugal à AA-, et que Moody's lui attribue un Aa2. Ces notes sont assorties d'une perspective négative, signifiant que ces agences pourraient encore abaisser la note du pays.

Forte baisse à Wall Street, sapée par la question de la dette en Europe

La Bourse de New York a fini en forte baisse mardi, sapée par les inquiétudes sur les dettes de plusieurs pays européens après l'abaissement des notes de la Grèce et du Portugal.

Le Dow Jones a perdu 1,9 %, repassant sous les 11.000 points, et le Nasdaq 2,04 %. Selon des chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a lâché 213,04 points, à 10.991,99 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 51,48 points, à 2.471,47 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé, lui, de 2,34 % (28,34 points), à 1.183,71 points.

"La combinaison de deux pays rétrogradés a pesé sur le marché", a constaté l'analyste Owen Fitzpatrick (Deutsche Bank), même si la situation était connue depuis longtemps. "Le marché boursier s'est ajusté de la même façon que le marché obligataire l'avait déjà fait", a ajouté l'analyste.

Les indices new-yorkais s'étaient hissés vers l'équilibre dans la matinée après un bon indicateur de confiance des consommateurs américains publié par l'institut Conference Board. Mais l'annonce de l'agence Standard and Poor's de l'abaissement de deux crans de la note de la dette du Portugal, suivie immédiatement par celle de la relégation de la note de la Grèce dans la catégorie spéculative, a fait tanguer les marchés boursiers, en Europe et aux Etats-Unis.

Les inquiétudes sur les déficits, ainsi que l'incapacité des dirigeants européens à résoudre le problème, ont fait fortement reculer l'euro au profit du dollar, a souligné Art Hogan (Jefferies) : "On a déjà vu cette équation : le dollar se renforce, les marchés de matières premières sont affaiblis et le marché boursier vend en conséquence." Et Owen Fitzpatrick de noter : "A part ça, le marché cherchait à faire une pause" après deux mois de progression ininterrompue.

Si la saison des résultats en cours s'annonçait exceptionnelle, les publications peinaient de plus en plus à animer le marché. "Pour ce qui concerne les entreprises, les commentaires signalent une poursuite de l'amélioration, mais en ce qui concerne la dette des Etats, à l'évidence les conditions se détériorent à court terme", a observé Owen Fitzpatrick.

Le marché obligataire a fortement rebondi. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans s'est détendu à 3,690 %, contre 3,815 % lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,561 %, contre 4,673 %.

Tokyo chute de 2,57 % sur des angoisses liées à la Grèce

La Bourse de Tokyo a terminé la séance de mercredi sur une chute de 2,57 % en raison d'un vif regain d'inquiétude lié à la crise de la dette de la Grèce, après la dégradation drastique de la note souveraine de ce pays par Standard & Poor's.

L'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a lâché 287,87 points (- 2,57 %), à 10.924,79 points, clôturant sous la barre psychologique des 11.000 points pour la première fois en trois séances. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a de son côté cédé 19,99 points (- 2 %), à 977,64 points. L'activité a été assez importante, avec 2,48 milliards d'actions échangées sur le premier marché.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires