Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/07/16 à 11:27 - Mise à jour à 12:09

Pourquoi le taux hypothécaire fait-il de la résistance?

Les taux d'intérêt sont encore plus bas que d'habitude, et pourtant, les taux hypothécaires restent bloqués à leur niveau actuel alors que le rendement des livrets d'Épargne, lui, n'arrête pas de baisser. Pourquoi ce paradoxe ?

Pourquoi le taux hypothécaire fait-il de la résistance?

Image d'illustration © istock

Je ne vous surprendrai pas en vous disant que les taux d'intérêt sont très bas depuis quelques années. Les particuliers qui ont de l'argent à placer ne le savent que trop bien. La mauvaise surprise du Brexit n'a d'ailleurs fait qu'aggraver la chose. Ce qui est en effet certain maintenant, c'est qu'avec la sortie programmée de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, les taux d'intérêt vont rester bas, voire encore plus bas qu'ils ne le sont actuellement.

Pourtant, s'il y a un taux d'intérêt qui fait encore de la résistance, c'est le taux hypothécaire. En principe, comme tous les taux d'intérêt sont sous pression, les taux du marché hypothécaire auraient dû aussi baisser encore un petit peu.

Or, hélas, pour les candidats acheteurs, ce n'est pas le cas. La faute à qui ? Mais aux banques qui ne répercutent pas cette baisse des taux auprès de leurs clients. Vous pouvez donc le constater, les taux hypothécaires restent bloqués à leur niveau actuel.

Partager

Taux d'intérêt bas, monnaies fragiles, obligations au rendement négatif et marché des actions volatil, voilà pour le moment, le cocktail gagnant pour l'or.

En fait, les taux d'intérêt sont tellement bas aujourd'hui que les banques ont du mal à faire leur métier qui consiste, rappelons-le, à transformer des dépôts - nos dépôts - en crédits.

En d'autres mots, la marge d'intermédiation du secteur bancaire est sous grande pression, sans compter que les banques se doivent investir massivement dans le numérique pour pouvoir suivre leurs clients dans leurs nouveaux modes de consommation des services bancaires.

Ce n'est donc pas sorcier, les marges qu'elles perdent ici ou là, les banques doivent les récupérer ailleurs, et notamment sur les prêts hypothécaires. Ne cherchez pas plus loin l'explication : voilà pourquoi les crédits hypothécaires sont plus chers alors que les taux n'ont jamais été aussi bas.

L'actualité n'est plus à un paradoxe près. L'or, le fameux métal jaune qui par définition ne rapporte aucun intérêt a en effet connu une poussée de fièvre ces derniers jours. C'est normal, dans un monde de taux d'intérêt bas, la critique habituelle qui consiste à dire "qu'il ne faut pas détenir de l'or, car il ne rapporte aucun intérêt" n'a plus de raison d'être bien entendu.

Taux d'intérêt bas, monnaies fragiles, obligations au rendement négatif et marché des actions volatil, voilà pour le moment, le cocktail gagnant pour l'or. Les plus audacieux diront que plutôt que d'acheter un bien immobilier, achetez plutôt des lingots d'or - je n'oserai pas aller jusque là - les conseillers ne sont pas les payeurs.

Nos partenaires