Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

17/03/15 à 13:56 - Mise à jour à 13:56

Pourquoi la Bourse est devenue une sorte de casino où l'on gagne presque à tous les coups

La crise économique en zone euro est finie ! Oui, vous avez bien lu. Pas pour tout le monde hélas, mais elle est terminée. Évidemment, les médias ne l'annoncent pas aussi abruptement, mais c'est un peu le sentiment qui domine auprès de nos élites politiques et économiques.

Pourquoi la Bourse est devenue une sorte de casino où l'on gagne presque à tous les coups

Las Vegas © Reuters

La Banque centrale européenne a, en effet, revu à la hausse ses prévisions de croissance pour notre zone euro. Pour 2015, notre croissance devrait être de 1,5%, et non pas 1% comme tous les économistes le pensaient encore il y a moins de 3 mois. Autrement dit, en 3 mois, notre institution financière la plus fiable a augmenté de 50% ses prévisions de croissance, c'est une belle surprise !

Mais la crise est aussi terminée dans l'esprit de certains, car ils se disent que malgré les problèmes liés à la Grèce, les marchés financiers n'ont quasi pas bronché - ce qui est un signe de vitalité ou à tout le moins de confiance dans la future stabilité de la zone euro.

Partager

Pourquoi la Bourse est devenue une sorte de casino où l'on gagne presque à tous les coups

En réalité, si les gouvernements sont à nouveau un peu plus optimistes, c'est parce que dans la vie, l'horoscope peut parfois aussi vous être favorable ! Dans le cas de la zone euro, il y a un alignement de trois astres qui nous porte chance en ce moment. Le premier, c'est la baisse brutale du prix du pétrole, vous l'avez constatée au niveau des prix à la pompe. Cette baisse du pétrole, c'est du gain de pouvoir d'achat pour les ménages, donc c'est bon pour renforcer la consommation et donc l'économie. Le deuxième astre positif pour la zone euro, c'est la baisse de l'euro. Là encore, c'est tout bon pour nos entreprises exportatrices. Et troisième astre qui est bien aligné dans le ciel économique, c'est la baisse des taux d'intérêt. Ceux-ci sont tellement bas aujourd'hui que certains pays, comme l'Allemagne, peuvent emprunter à court terme à des taux négatifs. Autrement dit, les prêteurs paient une indemnité pour pouvoir prêter. En tout cas, cela fait l'affaire des gouvernements qui peuvent s'endetter et rembourser leur dette publique pour rien !

Bref, baisse du pétrole, baisse de l'euro et baisse des taux d'intérêt sont les moteurs explicatifs du début de redynamisation de la zone euro.

Pour le moment, les seuls ménages qui profitent pleinement de ce changement d'humeur économique sont ceux qui ont investi en Bourse. Partant du principe qu'il n'y a aujourd'hui aucune alternative aux actions - du moins si on veut du rendement - les actions européennes ont la cote, y compris auprès des investisseurs américains. Et la plupart des indices ont volé de record en record depuis janvier dernier. Donc, à nouveau, ceux qui ont la chance d'avoir un peu d'argent de côté et qui osent investir en Bourse - et surtout peuvent se permettre - ont gagné un peu d'argent.

Et avec des taux d'intérêt qui risquent de rester bas pendant longtemps, la Bourse est devenue, depuis peu, une sorte de casino où l'on gagne presque à tous les coups si l'on est bien conseillé. C'est bizarre, mais c'est la nouvelle donne. La seule question: c'est combien de temps va durer cette nouvelle donne ? Si vous avez la réponse, envoyez-moi un email.

Nos partenaires