Piqueur et le management responsables de la faillite d'Optima?

22/06/17 à 14:54 - Mise à jour à 14:54

Source: Belga

L'actionnaire et ancien patron de la banque Optima est responsable de la faillite de celle-ci, tout comme le management de l'institution, a conclu la commission d'enquête parlementaire qui s'était penchée sur cette débâcle. Les autorités de surveillance restent en grande partie hors de cause mais les députés s'accordent toutefois à dire que le contrôle doit être plus strict.

Piqueur et le management responsables de la faillite d'Optima?

© Internet

Le rapport final de la commission d'enquête, qui a travaillé durant près d'un an, a été unanimement approuvé. Une unanimité qui est sans doute liée à l'issue négative qu'a connue la banque. "Nous n'étions pas désignés pour savoir si M. Termont (Daniël Termont, le bourgmestre sp.a de Gand, NDLR) a séjourné sur un bateau de M. Piqueur à Nice. Nous devions savoir pourquoi Optima est tombée en faillite et comment nous pouvions éviter qu'une autre banque ne connaisse la même situation", explique Eric Van Rompuy (CD&V), le président de la commission d'enquête.

Dans son rapport, Jeroen Piqueur et le management de l'institution en prennent pour leur grade. La banque a été mal dirigée et de l'argent en a été retiré de façon massive à un certain moment.

Lorsque la Banque nationale a ensuite pris des mesures, la direction d'Optima a refusé de les appliquer. Meyrem Almaci (Groen), l'une des commissaires, a qualifié la banque de "bombe à retardement qui a reçu le bénéfice du doute". Elle l'a comparée à la chute de la banque Dexia.

Les députés ont par contre montré de la compréhension pour la Banque nationale alors que Jeroen Piqueur avait lui-même affirmé que c'est cette institution qui avait provoqué la faillite d'Optima. Une conclusion qu'ils ne partagent donc pas du tout.

Les commissaires ont cependant formulé des remarques sur le manque de surveillance accrue du régulateur du secteur bancaire. La reprise d'Ethias Banque par Optima s'est faite dans des circonstances difficiles, ont-ils ainsi relevé. Cette banque devait d'ailleurs être vendue en Europe mais il n'y avait pas d'autre acheteur que l'entreprise dirigée par M. Piqueur.

Si l'octroi de la licence bancaire par la Banque nationale était encore défendable, selon Eric Van Rompuy, Optima Banque ne s'est ensuite pas soucié le moins du monde des conditions qui allaient de pair.

Les recommandations contenues dans le rapport devront aider le régulateur à amplifier son contrôle sur le secteur.

Nos partenaires