Optima: le jour où l'argent sale a disparu

28/09/16 à 11:30 - Mise à jour à 20:11

Source: Knack

Des consultants de la banque Optima ont mené le samedi 12 mars 2011 un grand nettoyage au siège de la société à Gand afin d'effacer toute trace d'argent sale dans les documents, selon des informations de nos confrères du Knack qui se sont basé sur sur des témoignages.

Optima: le jour où l'argent sale a disparu

Jeroen Piqueur (Optima). © BelgaImage

Des consultants de la banque Optima ont mené le samedi 12 mars 2011 un grand nettoyage au siège de la société à Gand afin d'effacer toute trace d'argent sale dans les documents, écrivent mercredi nos confrère du magazine Knack sur base de témoignages. "Nous avons non seulement détruit les éléments qui reliaient Optima à la fraude et à l'argent sale, mais nous avons aussi protégé nos ex-clients pour qu'ils n'apparaissent plus dans des dossiers en lien avec des actifs frauduleux", admet ainsi un consultant interne.

Les collaborateurs ont été convoqués au bureau via un sms envoyé le soir précédent. "Nous étions une bonne trentaine et devions nous rassembler dans une salle", explique un ex-consultant. "Toute la pièce était remplie de dossiers de clients. Toutes les archives de la société s'y trouvaient, y compris des anciens dossiers clos depuis longtemps. Il devait y en avoir des milliers."

Les collaborateurs avaient pour tâche de passer à la loupe chaque document à la recherche de références à de l'argent sale. "Chaque document suspect devait être sorti du dossier et déposé dans une caisse. Les papiers étaient alors détruits", poursuit le témoin, ajoutant que l'opération s'est poursuivie le lendemain.

Selon nos confrères du magazine Knack qui en fait son dossier de couverture cette semaine, les consultants savaient que ce nettoyage était juridiquement problématique, puisqu'il s'agissait de blanchiment d'argent et de destruction de preuves, de même que le 'middle management' qui gérait l'opération, et les directeurs d'Optima, qui selon des témoins, étaient les donneurs d'ordre. L'ancien patron de la banque, Jeroen Piqueur, a toujours nié s'être livré à du blanchiment d'argent.

Plus d'informations sur le dossier ainsi que des témoignages dans le Knack de cette semaine

"Complètement sans fondement"

L'information selon laquelle des consultants d'Optima auraient détruit des traces d'argent sale dans des documents en 2011 est "complètement sans fondement", a réagi mercredi l'ancien patron d'Optima Jeroen Piqueur.

"Dans une tentative désespérée de maintenir l'ensemble du dossier Optima dans une atmosphère de blanchiment d'argent, les faits exacts n'ont pas été relatés. Depuis 2009, il avait été décidé, au sein d'Optima, d'archiver numériquement tous les dossiers de clients. Cette action était organisée dans le cadre d'une rationalisation et d'une modernisation de la gestion des archives", explique M. Piqueur.

Selon l'ancien patron de la banque, les accusations de destructions de documents compromettants sont "sans aucun fondement".

En savoir plus sur:

Nos partenaires