NewB espère toujours obtenir une licence bancaire

25/10/16 à 10:30 - Mise à jour à 10:27

Source: Belga

Le projet coopératif NewB continue d'espérer une licence bancaire, mais souligne que c'est un projet à long terme. "La dernière banque éthique d'Europe (à avoir obtenu cette licence) est La Nef et cela lui a pris dix ans. Cela ne fait encore que cinq ans que nous y travaillons", précise le CEO Dirk Coeckelbergh. Le capital de NewB, qui continue d'attirer les coopérateurs, atteint environ 15,2 millions d'euros.

NewB espère toujours obtenir une licence bancaire

/ © https://newb.coop/fr

NewB a toujours pour ambition de devenir une banque éthique, mais les conditions actuelles du marché (taux d'intérêt à un niveau plancher, etc.) et les exigences de fonds propres rendent cela très difficile. Pour l'instant, NewB a récolté 15,2 millions d'euros de capital, dont dix millions de l'assureur français Monceau Assurances. Selon le CEO de NewB, des discussions ont également été entamées avec d'autres importants investisseurs, mais il n'est pas simple de trouver quelqu'un qui réponde aux critères exigeants de NewB. "Ces derniers mois, nous avons rejeté une dizaine de propositions", indique-t-il. D'autres se sont retirés d'eux-mêmes car ils avaient du mal avec le principe "d'un membre = une voix".

La somme déjà atteinte est importante pour une start-up, mais loin d'être suffisante pour espérer une licence bancaire. Il faudrait au moins 60 à 65 millions d'euros. M. Coeckelbergh ne perd cependant pas espoir. "Il y a encore des discussions avec de potentiels partenaires. L'arrivée de Monceau Assurances confirme que certaines parties remplissent tous les critères."

Les 50.000 coopérateurs de NewB ne perçoivent pour l'instant encore aucun retour sur leur investissement et ce ne sera pas le cas avant que le projet ne dégage du bénéfice. La plupart d'entre eux comprennent que le processus prenne du temps, selon le CEO, d'autant plus que le projet continue à attirer chaque jour trois à quatre nouveaux coopérateurs. "Ce n'est pas rien, sans canal de vente. La plupart se joignent à nous grâce au bouche-à-oreille et aux recommandations des ONG."

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires