Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

05/09/14 à 14:00 - Mise à jour à 10/09/14 à 09:55

Mario Draghi est sans doute celui qui aura fait le plus pour tenter de sauver la zone euro

Quand demain des historiens écriront des pages sur la période de crise actuelle, il est certain qu'ils consacreront une place importante à Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne. C'est sans doute le dirigeant qui aura le plus fait pour tenter de sauver la zone euro de ses démons.

Mario Draghi est sans doute celui qui aura fait le plus pour tenter de sauver la zone euro

© Reuters

En 2012, il avait sauvé la zone euro des spéculateurs avec simplement des mots, mais des mots très forts : il avait dit à l'époque qu'il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver l'euro de l'implosion. Cela a suffi à calmer les marchés financiers qui savent qu'il ne faut jamais lutter contre une banque centrale, sauf à y perdre sa culotte !

Et puis, ce jeudi 4 septembre, Mario Draghi vient de prendre des mesures fortes pour éviter que la zone euro ne sombre dans une période de déflation et vive un scénario à la japonaise, c'est-à-dire une période sans inflation et sans croissance. Bref, l'horreur quand on veut diminuer le chômage de masse qui est le véritable cancer de notre époque !

Et donc Mario Draghi a annoncé qu'il avait encore abaissé son taux d'intérêt directeur à 0,05%, autant dire qu'aujourd'hui l'argent est à 0 %, qu'il est gratuit en quelque sorte. Bien entendu, Mario Draghi sait également qu'on ne peut pas forcer un âne à boire s'il n'a pas soif. Donc, il sait pertinemment que ce n'est pas parce que les taux d'intérêt sont au plus bas, que les ménages vont s'endetter ou les entreprises investir. C'est même parfois le contraire qui se passe, car par exemple les ménages ont peur de l'avenir, et plutôt que de dépenser - comme devrait les y inciter des taux d'intérêt faibles - ces mêmes ménages préfèrent épargner pour l'avenir, on ne sait jamais !<p>

Mais ce que cherche Mario Draghi en baissant les taux d'intérêt, c'est de faire baisser indirectement l'euro et il y est arrivé car l'euro a déjà perdu pas mal de terrain face au dollar. En effet, comme aux Etats-Unis, les taux d'intérêt vont augmenter et qu'en zone euro, les taux baissent, il y a un différentiel d'intérêt qui est en faveur des Etats-Unis. Le dollar sera davantage recherché que l'euro car il offre une meilleure rémunération. Donc, l'euro va baisser automatiquement, ce qui sera excellent pour les exportations européennes.

En plus si l'euro baisse, cela veut dire que les importations vont coûter plus chères, et donc cela devrait en principe faire augmenter l'inflation en zone euro. Et ça c'est tout bon, car la zone euro n'a quasi plus d'inflation, et ça c'est mortel... Donc, oui, si cet arsenal monétaire, couplé à d'autres mesures plus techniques, marche, il faudra dire MERCI à Draghi !

Si ça marche, ce que tout le monde souhaite, on pourra dire que Mario Draghi aura contribué à tous nous sauver d'une déflation qui aurait pu causer notre malheur.

En savoir plus sur:

Nos partenaires