Liechtenstein : une banque permet à ses clients d'acheter des cryptomonnaies

21/03/18 à 15:28 - Mise à jour à 16:08

La banque Frick donne la possibilité à ses clients d'acquérir, et de mettre en lieu sûr, des cryptomonnaies.

Liechtenstein : une banque permet à ses clients d'acheter des cryptomonnaies

© Bank Frick

Alors que le G20 a finalement décidé de ne pas (encore) mettre en place de régulations concernant les cryptomonnaies, certains ont pris les devants. Depuis le 28 février, la banque Frick, au Liechtenstein, a mis en place un système de trading et de stockage de cinq cryptomonnaies pour leurs clients. Ces dernières sont le Bitcoin, l'Ethereum, le Litecoin, le Bitcoin Cash et le Ripple.

Un maître mot : la légalité

Jusqu'à présent, la très grande majorité des institutions financières évitent de proposer ce genre de service par manque de régulations, et donc de sécurité. Frick annonce pourtant fournir les deux : "Chez nous, les investissements dans les cryptomonnaies sont soumis aux mêmes mesures financières que n'importe quelles autres transactions financières traditionnelles", est-il dit sur le site de la banque. Étant soumise aux lois européennes et liechtensteinoises, Frick affirme que tous les clients doivent s'identifier clairement afin d'éviter toute activité criminelle.

Hubert Büchel, chef client de Frick, joue la carte de l'assurance : "Nos services sont demandés par des entreprises dans toute l'Europe. C'est parce qu'ils savent que nous pouvons offrir une aide fiable dans l'implémentation de cryptomonnaies et de blockchains dans leur business, tout en respectant un cadre légal existant ". Il affiche le but de la banque : "Nous voulons placer les services bancaires de cryptomonnaies au même niveau que les services bancaires traditionnels".

D'autres exemples dans le monde

Malgré l'apparente nouveauté de la démarche, ce n'est pas la première fois que des professionnels de la finance proposent ce genre de service. En 2017, plusieurs banques suisses ont également donné la possibilité à leurs clients de faire du trading de cryptomonnaies. Et quelques jours avant que la banque Fisk ne fasse son annonce, le ministre suisse des Finances, Johann Schneider-Ammann, annonçait que la Suisse voulait devenir une crypto-nation.

Aux USA, plusieurs plateformes boursières se sont ouvertes au Bitcoin. Au Japon, la plus grosse banque du pays Mitsubishi UFJ Financial Group compte créer sa propre cryptomonnaie, et en Belgique on voit apparaître des distributeurs de Bitcoin dans certaines villes (Bruxelles, Gand, Anvers et Hasselt). Ceux-ci permettent d'échanger des euros physiques contre des bitcoins virtuels. Il semble qu'en l'absence de régulation claire, chacun fait de son mieux pour tirer son épingle du jeu. Et peut-être faire partie de la prochaine révolution économique ?

Nos partenaires