Les singes, plus doués pour jouer en bourse que les hommes?

16/04/13 à 09:31 - Mise à jour à 09:31

Source: Trends-Tendances

Des indices boursiers constitués de façon parfaitement aléatoire seraient plus performants que le Standard & Poor, pondéré par la capitalisation boursière, selon une récente étude.

Les singes, plus doués pour jouer en bourse que les hommes?

© Thinkstock

Les indices boursiers constitués au hasard, comme pourrait le faire un singe, sont plus performants que les indices pondérés par capitalisation boursière, comme l'indice Standard & Poor's, selon la Cass Business School de Londres.

"Nous avons réalisé une simulation informatique consistant à sélectionner et à pondérer aléatoirement un échantillon de 1000 actions, ce qui revient à évaluer les capacités d'un singe en matière d'investissement sur le marché", explique le professeur Andrew Clare, co-auteur de l'étude. Cette procédure aléatoire a été répétée 10 millions de fois chaque année, de 1968 à 2001, précise le chercheur. Les résultats, détaillés sur le site du Financial Times, montrent qu'un investissement basé sur la capitalisation boursière de 100 dollars en 1968 rapporte 5000 dollars fin 2011, alors que la sélection d'actions choisies au hasard peut rapporter entre 8700 et 9500 dollars.

"La quasi-totalité des 10 millions de singes gestionnaires de fonds ont réalisé de meilleures performances que les indices pondérés par capitalisation", affirme Andrew Clare.

L'étude, publiée sous forme de deux articles par le cabinet Cass Consulting de la Cass Business School, qui fait partie de la City University de Londres, portait sur les méthodes alternatives de construction d'indices boursiers.

En savoir plus sur:

Nos partenaires