Les limites de la protection du capital

03/02/14 à 11:27 - Mise à jour à 11:27

Source: Trends-Tendances

Vu la faiblesse du taux d'intérêt de base accordé sur les comptes d'épargne classiques et de la prime de fidélité consentie si l'argent y reste placé douze mois au moins, il est tentant de se tourner vers des produits (dits) plus rentables.

Les limites de la protection du capital

© Thinkstock

Attention, les fonds de placement structurés, c'est-à-dire assortis d'une protection du capital, ne sont pas aussi sûrs qu'on le croit. Pas complètement garanti Que la notion de capital garanti ne trompe personne. Une lecture attentive de la fiche d'information d'un fonds de placement structuré permettra à l'investisseur de mieux prendre en considération le risque.

L'émetteur s'engage à "restituer votre mise à l'échéance finale" (il s'agit d'une protection "explicite") ? Sachez pourtant que s'il fait faillite et ne peut plus respecter ses engagements, vous accuserez une perte de tout ou partie du capital. Pour mémoire, le système de garantie des dépôts qui, en cas de défaillance d'un organisme financier, couvrirait l'épargne jusqu'à 100.000 euros par personne, ne s'applique pas aux fonds de placement.

Aussi, si vous renoncez au produit avant son échéance finale, il n'est pas exclu que vous y laissiez des plumes.

L'émetteur constitue un portefeuille obligataire "dans le but de protéger le capital" (protection "implicite") ? Néanmoins si une ou plusieurs des obligations viennent à plonger pendant la durée de l'investissement, le capital pourra être partiellement amputé à l'échéance finale.

L'investisseur averti répartira donc non seulement le capital entre plusieurs émetteurs pour ne pas tout perdre en cas de défaillance d'une contrepartie, mais diversifiera aussi les mécanismes de rendement.

Rendement plafonné Nombreux sont les produits de placement dont le coupon annuel est le résultat de la performance d'un panier d'actions. Ces produits offrent souvent une protection intégrale du capital. Mais le calcul du rendement annuel du portefeuille d'actions est tout sauf à l'avantage de l'investisseur : les actions dont le cours a augmenté se voient attribuer un rendement fixe, quelle qu'ait été leur progression réelle. Le rendement maximum s'établira donc à ce rendement fixe, à la condition que tous les titres aient été orientés à la hausse. Si certains ont plongé, la perte sera prise en compte dans une mesure beaucoup plus large. En conséquence, si une action dévisse, sa chute pèsera très lourdement sur la performance de l'intégralité du portefeuille. Un tel produit peut difficilement rapporter plus qu'un compte d'épargne.

Il existe aussi des structures chargées de suivre l'évolution d'un indice. Les indices sont composés d'une manière plus complète et plus objective que les paniers d'actions. Qui investit dans des produits liés à un indice (CAC 40, Nikkei 225, EuroStoxx 50...) perçoit généralement à l'échéance finale la performance de l'indice. L'investissement est assorti d'une protection du capital, en échange de quoi la performance positive est écrêtée.

Tous les conseils de Mathias Nuttin à l'épargnant en quête de rendements plus élevés, dans Trends-Tendances du 30 janvier.

Nos partenaires