Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/02/18 à 10:10 - Mise à jour à 10:11

"Les États et les banques tuent les cryptomonnaies doucement mais sûrement"

Le bitcoin continue de jouer au yo yo. Mais pourquoi cette monnaie virtuelle n'est-elle pas valorisable et surtout pourquoi les banques et les États veulent-ils la tuer?

"Les États et les banques tuent les cryptomonnaies doucement mais sûrement"

© iStock Photos

Le bitcoin est fidèle à sa réputation de monnaie virtuelle: après avoir atteint en quelques mois 20.000 dollars, il est retombé très vite à 6.000 dollars, avant de rebondir d'un coup sec de 2.000 dollars. Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette cryptomonnaie est vraiment volatile. C'est la raison pour laquelle plusieurs spécialistes disent que c'est une bulle et qu'il faut s'en méfier.

À ce propos, d'autres experts disent qu'on ne peut pas parler de bulle, car pour savoir s'il y a bulle, encore faut-il savoir valoriser un actif. Si son prix devient exagéré, alors oui, nous sommes face à une bulle, mais comment valoriser le bitcoin? La réponse est simple: c'est impossible. Le bitcoin ne peut pas être évalué avec les outils de mesure classiques utilisés par les économistes et donc, dans la mesure où le bitcoin n'est pas valorisable, il est tout aussi vain d'essayer de chercher à savoir s'il est ou non dans un état de bulle.

En revanche, ce qui est certain, c'est que les États et les banques voient d'un très mauvais oeil le bitcoin et les centaines d'autres monnaies virtuelles en vogue en ce moment. De grandes banques aux États-Unis, mais aussi en Europe, ont interdit l'achat de cryptomonnaies via les cartes de crédit. C'est le cas de banques comme JP Morgan, Bank of America, Citigroup ou Lloyds en Grande-Bretagne. La raison officielle de cette interdiction, c'est que toutes ces banques ont peur de voir leurs clients prendre des risques énormes en investissant dans le bitcoin et autres monnaies assimilées. Des États comme la Chine interdisent d'ailleurs à leurs banques de fournir des services qui pourraient aider à réaliser des transactions avec les cryptomonnaies.

Partager

Les États et les banques ont le moyen de tuer les cryptomonnaies et sont d'ailleurs en train de le faire doucement mais sûrement.

En réalité, les États et les banques ont clairement le moyen de tuer ces monnaies virtuelles et ils sont d'ailleurs en train de le faire doucement mais sûrement. Comment? Très simple: pour acheter et vendre des monnaies virtuelles, les clients doivent d'abord alimenter leurs comptes de cryptomonnaies en passant par des comptes bancaires classiques. Et si les plateformes d'échange de ces fameuses cryptomonnaies ne peuvent plus avoir accès aux comptes bancaires classiques, c'est fini, elles deviennent des pièges pour les amateurs de bitcoin. En clair, vous pouvez transférer de l'argent mais pas l'en sortir. En Chine, c'est simple, vous ne pouvez plus y transférer de l'argent.

Voilà comment les banques et les États vont tuer ces cryptomonnaies. Les uns diront que c'est bien, car ils ne voyaient que de la spéculation folle dans ces monnaies virtuelles. Les autres diront que ces monnaies qui échappaient au contrôle des États et des banques dérangeaient et que comme d'habitude les grandes puissances de ce monde ont tué des monnaies qui étaient une menace pour leur pouvoir. À vous de choisir votre camp...

Nos partenaires