Les comptes de Barclays plombés par une série de litiges

03/03/15 à 11:47 - Mise à jour à 11:50

Source: Belga

La banque britannique Barclays a annoncé mardi être retombée dans le rouge en 2014, à cause d'un triplement de ses provisions pour une série de litiges, dont des manipulations supposées sur le marché des changes. L'établissement a subi une perte nette de 174 millions de livres (239 millions d'euros), contre un bénéfice net de 540 millions en 2013.

Les comptes de Barclays plombés par une série de litiges

© Reuters

En 2014, Barclays a enregistré quelque 1,7 milliard de livres (2,3 milliards d'euros) de provisions pour diverses affaires judiciaires ou réglementaires. Parmi cette somme, la banque a mis de côté 1,25 milliard de livres pour faire face aux conséquences d'accusations de malversations sur le marché des changes dont elle fait l'objet.

Mi-novembre, six grandes banques internationales s'étaient vues infliger une amende totale équivalente à 3,26 milliards d'euros d'alors pour avoir utilisé des forums de discussion sur internet et des messageries instantanées afin de se concerter de façon indue pour infléchir un taux de référence du marché. Barclays n'avait pas été associée à ce règlement et continue de négocier avec les autorités britanniques et américaines.

Hormis ces dépenses pour solder ses litiges, la banque a subi une perte de 446 millions de livres sur la vente de ses activités de banque commerciale, de gestion d'actif et de banque d'entreprise en Espagne. Elle a enregistré en revanche un gain à peu près équivalent sur la récupération espérée de fonds liés à l'acquisition d'actifs de l'ex-banque d'affaires américaine Lehman Brothers.

Du côté de ses activités régulières, Barclays a subi une chute des profits avant impôt de sa division de banque d'investissement, qui connaît une sévère restructuration. En mai, elle avait annoncé la suppression de 7.000 emplois dans cette activité, portant à 19.000 le nombre total d'emplois supprimés, toutes divisions confondues, d'ici à 2016.

En savoir plus sur:

Nos partenaires