Les Belges et leur épargne : entre ignorance et passivité

02/05/11 à 14:37 - Mise à jour à 14:36

Source: Trends-Tendances

Quatre Belges sur cinq ignorent si leur épargne sert ou non à financer l'industrie de l'armement. Et près de la moitié d'entre eux ignorent s'ils bénéficient d'un taux d'intérêt attrayant en comparaison avec d'autres banques. Les 4 conclusions majeures d'une nouvelle étude sur l'épargne des Belges.

Les Belges et leur épargne : entre ignorance et passivité

Seuls la moitié des Belges savent que leur épargne ne reste pas dans les coffres de sa banque, selon une enquête menée par Fé. Soul Communication & Research auprès de 1.050 épargnants pour le compte de la banque Triodos.

Fé. Research a effectué un sondage en ligne auprès d'un échantillon représentatif de 1.050 Belges et les a interrogés sur leurs connaissances, valeurs et habitudes en matière d'épargne, indique le bureau d'études. "L'épargnant belge ignore en général ce que la banque fait de son épargne, pointe Caro Debruyn, account director research de Fé. Communication & Research. Cette ignorance semble mener à l'inertie. Si l'épargnant était mieux informé, il gérerait son argent de manière plus active et tiendrait compte de considérations durables - plus que ce n'est le cas aujourd'hui."

Voici les principaux enseignements de l'étude :

1. Ignorance généralisée. "Quatre Belges sur cinq (79 %) ignorent si leur épargne sert ou non à financer l'industrie de l'armement. Deux sur trois (57 %) ignorent si leur argent est investi en Bourse. A peine une personne sur cinq (18 %) estime que sa banque l'informe de ce qu'elle fait de son épargne. En outre, près de la moitié d'entre eux (43 %) ignorent s'ils bénéficient d'un taux d'intérêt attrayant en comparaison avec d'autres banques. Le manque de connaissances et d'informations est manifeste."

2. Souci de transparence. Les épargnants belges "voudraient tout d'abord savoir quel en est le rendement exact, en termes absolus (69 % des répondants, plusieurs réponses possibles) comme en termes relatifs, par comparaison avec les autres banques (57 %). Un tiers des Belges (34 %) souhaitent aussi que leur banque leur dise ce qu'elle fait exactement de leur épargne. 28 % voudraient savoir quels sont les projets concrets que leur banque finance. 14 % estiment que ces informations ne sont pas nécessaires."

3. Rester par facilité. Le choix d'une banque "s'avère souvent motivé par l'habitude ou la facilité : ils y ont déjà un compte à vue (58 % de répondants, maximum 3 réponses), leur épargne s'y trouve depuis des années (33 %), une agence se trouve à proximité (24 %) ou leurs parents y sont/étaient clients (19 %). Seuls 16 % ont choisi leur banque en fonction du taux offert."

4. Les raisons du changement. "Interrogés sur les trois principales raisons de changer de banque, les Belges affirment que la qualité du service bancaire est déterminante : 51 % déclarent en effet qu'ils changeraient de banque si le service laissait à désirer. D'autres considérations entrent toutefois en ligne de compte : 34 % changeraient de banque s'ils apprenaient qu'elle leur offre un taux inférieur aux autres banques, 31 % s'ils apprenaient que leur banque finance la production d'armes, 20 % si leur agence habituelle venait à fermer et 19 % s'ils apprenaient que leur banque finance des projets polluants."

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires