Les banques capables de soutenir l'économie, même en cas de Brexit "désordonné"

28/11/17 à 10:01 - Mise à jour à 10:01

Source: Afp

La Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé mardi que les banques britanniques avaient réussi ses tests de résistance et étaient capables de soutenir l'économie même en cas de Brexit "désordonné".

Les banques capables de soutenir l'économie, même en cas de Brexit "désordonné"

© BELGAIMAGE

La BoE a passé en revue les sept banques principales du pays, à savoir Barclays, HSBC, RBS, Lloyds Banking Group, Nationwide, Santander UK et Standard Chartered, en évaluant leur capacité à faire face à des conditions économiques brutalement défavorables.

C'est la première fois depuis les premiers tests de 2014 que toutes les banques passent avec succès l'examen.

Les conditions théoriques comprenaient une chute du PIB britannique de 4,7%, un bond des taux d'intérêt de la BoE à 4%, un effondrement de 33% des prix de l'immobilier ou encore une dégringolade de 27% de la livre. La BoE, dans son rapport de stabilité financière publié également mardi, estime en particulier que les banques seraient en mesure de continuer à soutenir l'économie "réelle" en cas de Brexit "désordonné", qui ne nécessiterait donc pas de renflouement des pouvoirs publics ou une baisse des prêts.

Elle prévient toutefois qu'un Brexit "désordonné" combiné à une sévère récession mondiale et à des coûts élevés liés à des litiges pourraient entraîner des conditions plus dures que celles prises en compte dans les tests. Dans ce cas, les banques devraient probablement réduire leur prêt à l'économie.

Les tests de résistance "montrent que le système bancaire britannique est résilient à de fortes récessions simultanées au Royaume-Uni et dans le monde, à une chute des prix des actifs et aux coûts des mauvaises conduites", écrit la BoE.

L'institution estime que les banques testées disposent de suffisamment de capitaux pour résister à des chocs violents qui causerait des pertes d'environ 50 milliards de livres sur deux ans.

La situation de deux banques, Barclays et RBS, était toutefois jugée quelque peu délicate à fin 2016 mais la BoE a tenu compte des rentrées d'argent frais enregistrées cette année ce qui permet à ces deux établissements de réussir les tests.

Nos partenaires