Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/02/15 à 14:11 - Mise à jour à 12:55

Les astuces pour bien négocier le taux de son prêt hypothécaire

Le salon Batibouw va ouvrir ses portes ce 28 février. C'est l'occasion idéale pour faire passer quelques messages concernant les taux d'intérêt historiquement bas des emprunts hypothécaires.

Les astuces pour bien négocier le taux de son prêt hypothécaire

Image d'illustration. © istock

Les plus observateurs l'auront remarqué, il n'y a pas beaucoup de publicités bancaires pour vanter les taux d'intérêt en matière de prêts hypothécaires. C'est normal, les taux sont tellement bas et les citoyens sont tellement habitués à aller renégocier leurs emprunts que les banques n'ont pas jugé bon d'en remettre une couche.

Partager

Les astuces pour bien négocier le taux de son prêt hypothécaire

En revanche, c'est une évidence, mais autant la préciser: sauf si vous allez rembourser votre prêt hypothécaire dans 4 ou 5 ans, il est absolument exclu d'emprunter à taux variable. Les taux fixes à 15 ou 20 ans sont tellement faibles que ce serait une erreur de le faire.

Pour ce qui est de la durée idéale en taux fixe, là encore, les spécialistes du marché nous disent que la durée idéale, c'est 15 ans. Pourquoi ? Parce que le remboursement mensuel n'est pas beaucoup plus élevé que sur 20 ans, mais est nettement plus avantageux que le taux à 10 ans !

Une autre question qui revient souvent, c'est peut-on décrocher un crédit hypothécaire sans fonds propres, sans mise initiale ? La réponse est oui, si vous avez un dossier béton. Mais dans la plupart des cas, ce ne sera pas possible car les banques ne prêtent souvent que 80% du montant à emprunter.

On dit souvent que les banques sont devenues plus frileuses depuis la crise. C'est vrai, pour deux raisons au moins, comme l'ont fait remarquer nos confrères de La Libre. La première, c'est que les perspectives de hausses immobilières sont moins fortes que par le passé et donc la dégressivité du risque est plus lente dans le chef de la banque. Et puis, comme la crise perdure, la probabilité de perdre son emploi est plus forte que par le passé, et c'est un élément qu'intègre dans son calcul le banquier dans son refus de financer la totalité du prêt, ou même 120% ou 125 % comme c'était le cas avant la crise.

Pour le reste, la durée pour obtenir un crédit reste d'environ deux semaines maximum. Mais aujourd'hui, pas mal d'agences bancaires ont pris la mauvaise habitude de faire une offre a minima et puis disent à leurs clients d'aller voir la concurrence pour comparer. Ce n'est que si le client revient avec une offre meilleure que sa banque tente de s'aligner. Traduction: quoiqu'il arrive, faites votre shopping, car si vous ne le faites pas, votre banque, sauf exception, ne vous donnera pas d'emblée le meilleur taux. Voilà quelques conseils de bon sens qui je l'espère pourront vous être utiles.

Nos partenaires