Le type de placement le plus intéressant en 2015 selon ING

11/12/14 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Belga

Les économistes de la banque ING qui ont présenté ce jeudi leurs perspectives financières pour l'an prochain.

Le type de placement le plus intéressant en 2015 selon ING

© iStock

Les actions restent l'instrument de placement le plus intéressant alors que pour les obligations, la fin d'un marché haussier vieux de trois décennies se profile, analysent les économistes de la banque ING qui ont présenté jeudi leurs perspectives financières pour l'an prochain.

Les six premiers mois devraient être caractérisés par une inflation faible, une croissance mondiale légèrement plus vigoureuse et une politique monétaire encore très accommodante, souligne ING.

"La volonté de la Banque centrale européenne de gonfler son bilan à concurrence de 1.000 milliards d'euros devrait probablement se concrétiser au premier semestre par l'achat d'obligations souveraines. Cela devrait non seulement renforcer la dépréciation de l'euro, mais aussi pousser les taux à court terme encore plus bas, voire même en territoire négatif. (...) La baisse des rendements sur les livrets d'épargne n'est donc pas finie. Quant aux taux à long terme, qui baissent pour le moment sous l'effet des anticipations d'achats d'obligations d'Etat par la BCE, ils pourraient se tendre légèrement l'année prochaine."

Si les actions auront du mal à maintenir leur cadence de ces deux dernières années et qu'elles devront sans doute se contenter d'un rendement à un chiffre en 2015, le responsable Investissements chez ING Belgique, Thierry Masset, continue à miser sur celles-ci par rapport aux obligations et au cash.

Sur le marché des obligations, "les emprunts émis par les Etats et les entreprises sont probablement arrivés au terme de trois décennies de marché haussier, mais cela ne signifie pas pour autant qu'il faille s'attendre à un krach", commente M. Masset. "Compte tenu du potentiel d'assouplissement monétaire de la BCE, il est vraisemblable que l'écart de rendement entre les obligations souveraines de la périphérie (l'Espagne en tête) et celles du noyau dur européen continuera à se resserrer", ajoute-t-il.

En savoir plus sur:

Nos partenaires