Le rouble reprend sa chute inexorable

28/07/15 à 12:04 - Mise à jour à 12:47

La monnaie russe retombait mardi à ses plus bas niveaux depuis plus de quatre mois, le dollar dépassant le seuil des 60 roubles, ce qui pourrait compliquer la tâche des autorités pour baisser les taux et relancer ainsi une économie en pleine récession.

Le rouble reprend sa chute inexorable

Le rouble a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar et à l'euro en 2014. © Reuters

L'effondrement de la fin 2014, provoqué par les sanctions liées à la crise ukrainienne et la chute des cours du pétrole, avait été suivi d'un vigoureux rebond au printemps. Mais le nouvel accès de faiblesse du marché de l'or noir plombe de nouveau la devise russe, qui a perdu plus de 15% face à la monnaie américaine en un peu plus de deux mois.

Vers 08H20 GMT, alors que le baril de Brent reculait à Londres, le dollar montait à 60,33 roubles contre 59,64 roubles la veille au soir et l'euro à 66,70 roubles contre 66,17 roubles la veille.

Cette rechute de la monnaie russe risque de remettre en cause la décrue de l'inflation, qui avait frôlé un taux annuel de 17% au printemps à cause du choc monétaire de l'hiver.

La reprise du rouble avait encouragé la banque centrale à abaisser progressivement son taux directeur, de 17% au pire de la crise jusqu'à 11,5% actuellement. Les économistes attendent un nouvel abaissement lors de la réunion de la Banque de Russie vendredi.

L'institution, qui a déjà averti qu'elle ne pourrait plus continuer à desserrer aussi rapidement le robinet du crédit, pourrait cependant être tentée de marquer une pause pour soutenir le rouble et éviter que l'inflation n'échappe de nouveau à son contrôle.

"La banque centrale (...) va devoir prendre en compte deux nouveaux développements: des perspectives économiques plus faibles que prévu et des attentes d'inflation plus élevées", ont relevé les économistes de VTB Capital. Pour ces experts cependant, elle devrait "voir au-delà de la volatilité à court terme du marché des changes" et abaisser légèrement son taux, à 11%.

Car les taux actuels restent très punitifs pour l'activité économique qui traverse une profonde récession. Selon des chiffres publiés mardi par le ministère de l'Economie, le produit intérieur brut s'est affiché en chute de 4,2% en juin par rapport au même mois un an plus tôt, et de 3,4% sur l'ensemble du premier semestre.

L'économie est surtout affectée par la chute de la consommation provoquée par la flambée des prix.

Avec l'AFP

En savoir plus sur:

Nos partenaires