"Le microcrédit devrait devenir un service bancaire comme un autre"

19/10/17 à 15:45 - Mise à jour à 15:44

Source: Belga

Le microcrédit devrait devenir un jour un service bancaire comme un autre, espère l'économiste française Maria Nowak, présidente de l'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie).

"Le microcrédit devrait devenir un service bancaire comme un autre"

© iStock

Maria Nowak s'exprimait ce jeudi à Bruxelles dans le cadre d'une conférence organisée par Microstart, dont elle a été l'une des créatrices, à l'occasion de la journée européenne de la microfinance.

Microstart, qui propose des prêts jusqu'à 15.000 euros, a été fondée en 2010 par l'Adie, BNP Paribas Fortis et le Fonds européen d'investissement.

L'organisation de microcrédit a présenté jeudi les résultats d'une étude sur son impact.

Selon cette étude réalisée par Vlerick, à laquelle ont participé 171 clients de Microstart, 84% des microentrepreneurs sont encore en situation d'emploi après deux ans. Le taux de pérennité des entreprises est de 78%, alors qu'elles sont principalement actives dans des secteurs difficiles comme l'horeca ou le transport, souligne-t-on.

KPMG, de son côté, a analysé la "valeur nette actuelle", soit la contribution apportée à l'Etat en tenant compte des revenus générés (taxes, contributions sociales) et des coûts évités (allocations, revenus sociaux). Deux ans après l'intervention de Microstart, chaque euro investi dans le programme en rapporte quatre à la collectivité, selon les calculs du bureau d'étude.

L'organisation, qui s'appuie aussi sur 130 bénévoles pour encadrer les microentrepreneurs, et le microcrédit en général sont des outils efficaces pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion, ont souligné les différents intervenants présents jeudi.

"Le microcrédit offre une solution aux candidats refusés par les banques. Le secteur est orienté socialement dans le sens où sa finalité est le réinvestissement et non le dividende, et affiche une croissance à deux chiffres", a insisté Dominique de Crayencour, vice-président de l'Euro Micro Network.

"Outre l'apport de fonds nécessaires au lancement d'une activité, le microcrédit donne de la confiance et redonne de la dignité aux candidats. Mon espoir est qu'il devienne un jour un service bancaire comme un autre, d'autant que les activités des banques sont appelées à évoluer", a conclu Mme Nowak.

En six ans, Microstart a délivré plus de 3.500 crédits pour un total de près de 25 millions d'euros.

Nos partenaires