Le compte d'épargne est resté une valeur sûre!

02/01/15 à 17:34 - Mise à jour à 17:34

Source: Belga

Malgré des taux d'intérêts au plus bas, la popularité des comptes d'épargne ne s'est pas démentie en 2014, même si la croissance des montants placés est restée moindre que lors des années précédentes, ressort-il d'un tour d'horizon réalisé auprès de plusieurs banques. L'appétit pour le risque semble en hausse.

Le compte d'épargne est resté une valeur sûre!

© istock

Fin octobre, l'encours des comptes d'épargne réglementés atteignait en Belgique 254,4 milliards d'euros, contre 251,2 milliards en janvier 2014, selon des chiffres de la Banque nationale de Belgique. L'encours a surtout augmenté au premier semestre, avec un record de 254,7 milliards d'euros placés sur les comptes d'épargne en juillet.

Ainsi le leader du marché en Belgique, BNP Paribas Fortis, a vu les dépôts d'épargne de ses clients passer de 60,72 milliards d'euros fin 2013 à 61,63 milliards d'euros fin 2014. Une croissance qui reste moindre que celle de 3 milliards d'euros constatée en 2013. BNP Paribas Fortis voit une raison simple à ce ralentissement. "Avec les taux d'intérêts bas, les gens se rendent compte qu'il est préférable d'investir une partie s'ils n'ont pas directement besoin de leur épargne." Cet argent peut être investi dans des produits plus risqués mais aussi dans des crédits hypothécaires ou des refinancements. "Enfin, on voit également qu'avec la faible croissance économique, une partie de la population n'est plus en capacité d'épargner".

Belfius a également constaté un ralentissement au second semestre 2014 mais le bancassureur a quand même vu les comptes d'épargne de ses clients gonfler de 5% en 2014, passant de 36,4 à 38,1 milliards d'euros. "Le compte d'épargne est resté populaire en 2014 mais l'augmentation diminue progressivement", explique-t-on. La banque s'attend à ce que ce ralentissement se poursuive mais pas de là à voir les montants placés sur les comptes d'épargne diminuer.

Belfius remarque aussi une tendance du client à rechercher un rendement plus élevé et a dès lors diversifié davantage son portefeuille d'investissements. "Le compte d'épargne s'apparente de plus en plus à une position d'attente, dans la perspective de meilleurs rendements".

ING a vu pour sa part les montants des comptes d'épargne de ses clients légèrement progresser, de 30,9 fin 2013 à 31,7 milliards d'euros fin 2014.

Chez KBC, les montants épargnés sont passés de 35,09 à 37,19 milliards d'euros. Pour la Flandre et Bruxelles (KBC), l'encours des comptes d'épargne s'est établi à 33,4 milliards, contre 31,4 milliards d'euros auparavant. Pour CBC (actif en Wallonie et à Bruxelles), l'encours est passé de 3,69 à 3,79 milliards d'euros. Ces hausses ont eu lieu en dépit d'importants glissements vers des fonds d'investissements et des produits d'assurances, souligne KBC.

Enfin, parmi les acteurs plus modestes du marché, Argenta, cinquième banque sur le marché, n'échappe pas à la tendance. L'argent placé par ses clients sur les comptes d'épargne a progressé de 800 millions d'euros, à 21,3 milliards d'euros.

Crelan signale aussi une évolution positive de l'encours sur ses livrets d'épargne avec une croissance de 131 millions d'euros (+1,23%). De 10,66 milliards d'euros fin 2013, l'encours est passé à 10,642 au 30 juin 2014 et 10,791 milliards d'euros fin 2014. Crelan remarque par ailleurs que ses clients préfèrent de plus en plus placer leur argent dans des produits hors bilan. La banque constate aussi un intérêt accru pour les produits de placement à long terme.

Au sein de la banque en ligne Rabobank.be, l'épargne a atteint 8,29 milliards fin 2014 contre 8,13 milliards fin 2013.

En savoir plus sur:

Nos partenaires