Le Brexit pousse les assureurs vers Bruxelles

06/06/17 à 10:25 - Mise à jour à 10:25

Source: Belga

Après que Lloyd's a décidé d'implanter sa filiale européenne à Bruxelles afin d'anticiper les conséquences du Brexit, c'est au tour de l'assureur QBE d'opter pour la capitale belge, relève le Financial Times mardi.

Le Brexit pousse les assureurs vers Bruxelles

Lloyds Banking Group. © Belga

Les institutions financières sont à la recherche de bases en Europe afin de s'assurer un accès direct au marché unique, après la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne. La directrice de la Banque nationale de Belgique (BNB), Marcia De Wachter, avait indiqué fin mai que la Belgique suscitait l'intérêt auprès de plusieurs acteurs de la finance qui ont introduit une demande de reconnaissance auprès de la BNB.

L'assureur QBE est donc l'un d'entre eux. Selon le patron des activités européennes, cité par le Financial Times, la Belgique a été choisie parce qu'elle constitue déjà la partie la plus importante des activités européennes du groupe et pour le caractère "pragmatique" de la BNB.

Entre 70 et 80 personnes travaillent pour QBE à Bruxelles. L'emploi ne devrait pas diminuer dans son siège londonien et le nombre de collaborateurs qui devraient être embauchés à Bruxelles n'est pas encore connu. La nouvelle base bruxelloise devrait être opérationnelle fin 2018.

Le choix de Bruxelles est par ailleurs un coup dur pour Dublin, écrit le Financial Times. La capitale irlandaise espérait en effet devenir un nouveau centre névralgique pour les assureurs après le Brexit, grâce à la langue, la législation et sa proximité avec Londres. Mais plusieurs acteurs ont préféré le continent et notamment Bruxelles, comme c'est le cas pour Lloyd's of London et QBE.

Dans une réaction, le ministre des Finances Johan van Overtveldt se réjouit de voir porter ses fruits la politique mise en oeuvre pour positionner Bruxelles en tant que place financière. "En se concentrant sur des activités spécifiques comme les assurances, les infrastructures de marché et les fin-techs, nous parvenons a élargir le paysage financier à Bruxelles", selon le ministre.

En savoir plus sur:

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires