Le bénéfice de la banque du Vatican s'effondre

08/07/14 à 12:00 - Mise à jour à 12:00

Source: Trends-Tendances

La banque du Vatican a vu l'an dernier son bénéfice net s'effondrer, passant de 86,6 millions d'euros à 2,9 millions d'euros, dû largement aux coûts exceptionnels du processus de réforme, a annoncé mardi l'IOR dans un communiqué.

Le bénéfice de la banque du Vatican s'effondre

© Reuters

L'Institut pour les oeuvres de religion (IOR), banque commerciale du Vatican, que le pape François a décidé de conserver en la réformant, a annoncé par ailleurs un renouvellement de sa direction. Après une année 2013 difficile, la "banque du pape" a enregistré au premier semestre 2014 une remontée "très satisfaisante", avec un résultat net de 57,4 millions d'euros sur six mois, selon des données préliminaires.

L'IOR attribue la baisse du bénéfice en 2013 aux coûts de la réforme mais aussi à certaines opérations malheureuses. Il cite ainsi une perte de 15,1 millions d'euros, sans plus de précision. Le cardinal italien Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat de Benoît XVI, a été mis en cause par la presse italienne pour avoir favorisé une opération hasardeuse au profit d'un producteur de télévision catholique ami, à hauteur précisément de 15 millions d'euros.

Autre nouveauté à l'IOR: "tous les comptes" de clients ont désormais été contrôlés, a indiqué le communiqué. L'Institut a fermé définitivement 3.000 comptes en vertu d'une "procédure ordinaire": 2.600 d'entre eux étaient des comptes qui n'avaient pas été utilisés durant une longue période, et 396 autres n'entraient plus dans la liste restrictive des catégories admises à l'IOR.

La détention de comptes à l'IOR n'est désormais possible que pour "les institutions catholiques, les membres du clergé, les employés ou anciens employés du Vatican (pour le versement de salaire et de retraites), les ambassades et diplomates accrédités auprès du Saint-Siège", a précisé le communiqué.

La fermeture des comptes de ces 396 clients a entraîné un départ de fonds à hauteur de 44 millions d'euros, dont 37 millions ont été transférés dans d'autres institutions financières (88 % en Italie). Avec le lancement de la "phase II" de sa réforme, l'IOR confirme par ailleurs l'arrivée "d'une nouvelle équipe dirigeante, travaillant sous une nouvelle structure de gouvernance".

Nos partenaires