Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/12/15 à 15:37 - Mise à jour à 15:37

'Le Belge sert désormais de poire pour la soif aux investisseurs étrangers'

Les employés de BNP Paribas Fortis ainsi que leurs clients doivent avoir un drôle de sentiment ces jours-ci. Un sentiment tout à fait compréhensible au vu des dernières informations en provenance de cette banque.

'Le Belge sert désormais de poire pour la soif aux investisseurs étrangers'

© Belga

La presse belge a appris que BNP Paribas Fortis va verser un dividende exceptionnel de deux milliards d'euros à sa maison mère française BNP Paribas. Deux milliards, c'est évidemment énorme, mais l'information de la distribution de ce pactole tombe en plus au pire moment: la direction vient d'annoncer la suppression de 1.050 jobs sur trois ans ! D'ailleurs, les négociations sociales ont été gelées suite à l'annonce du versement de ce très généreux dividende.

Une rencontre entre les syndicats et le patron de BNP Paribas Fortis est prévue jeudi matin. Les explications ne seront pas simples à donner, car le discours en direction des syndicats consistait à dire qu'il faut se serrer la ceinture. Pourtant, ces mêmes syndicats voient que le bénéfice belge est pompé par la maison-mère française !

En réalité, même sans assister à la réunion de jeudi, il est assez aisé de savoir ce qui sera dit à ces syndicalistes. En gros, BNP Paribas, la maison-mère de Fortis n'a pas le choix. Comme elle a écopé d'une super amende de presque 9 milliards de dollars par la justice américaine pour n'avoir pas respecté l'embargo sur certains pays comme le Soudan ou l'Iran, cette même maison-mère a vu son matelas financier fondre quelque peu. Or, comme vous le savez, avec la crise, les gendarmes financiers exigent des banques que ces matelas soient bien garnis et atteignent un niveau très précis. Ce matelas va donc gonfler un peu grâce à la laine retirée du matelas belge. L'épargne et le travail des Belges vont d'une certaine manière renforcer les fonds propres de la maison-mère française !

Partager

Le Belge sert désormais de poire pour la soif aux investisseurs étrangers

Bien entendu, il n'y a pas que l'amende qui joue son rôle, le contexte financier global est aussi plus difficile (taux d'intérêt bas, croissance molle) et BNP Paribas a besoin de cet argent pour se refaire une santé rapidement.

Quant au gouvernement belge, ce versement de dividendes vers la France, il pourrait en profiter indirectement vu que l'État belge est actionnaire à 10% de la maison-mère. Encore faut-il qu'un dividende généreux soit payé à l'État belge... Et puis, le versement d'un éventuel dividende ne compensera pas la sortie des 2 milliards d'euros du pays.

En fait, on peut discuter à l'infini de ce versement de dividende exceptionnel, mais le Belge doit garder à l'esprit qu'à part Belfius, qui est une banque 100% belge, toutes les autres sont détenues par des pays ou actionnaires étrangers. Nous servons donc de poire pour la soif aux investisseurs étrangers. La morale de cette histoire est très simple: quand on abdique sa souveraineté économique, il ne faut pas s'étonner ensuite que la plupart de nos dirigeants de filiales bancaires se retrouvent dans le rôle de simples gardiens de grenier à blé. Sauf que le blé va immédiatement à l'étranger !

En savoir plus sur:

Nos partenaires