La supervision du Libor confiée à NYSE Euronext

09/07/13 à 15:14 - Mise à jour à 15:14

Source: Trends-Tendances

La supervision du taux interbancaire Libor, au centre d'un vaste scandale de manipulation, va être confiée à l'opérateur boursier transatlantique NYSE Euronext, a annoncé mardi le Trésor britannique, afin de restaurer la "crédibilité" de ce taux central dans le monde de la finance.

La supervision du Libor confiée à NYSE Euronext

Suite au scandale du Libor début juillet, Bob Diamond, le patron de Barclays démissionne. Les plus grandes banques du monde se seraient entendues pour manipuler le Libor, le principal taux d'intérêt de la planète finance. Il y en aurait pour des milliers de milliards de dollars. © reuters

La commission indépendante chargée par les autorités de trouver une nouvelle organisation pour gérer la fixation du Libor "a annoncé que l'association des banquiers britanniques (BBA) avait accepté sa recommandation de faire de NYSE Euronext Rate Administration Limited (filiale de NYSE Euronext) le nouvel administrateur du Libor", selon un communiqué du Trésor.

Le Libor, fixé à Londres quotidiennement sur la base de taux communiqués par un panel de banques internationales, est l'un des taux auxquels les banques se prêtent de l'argent entre elles. Central dans la finance, il conditionne plus de 300.000 milliards de dollars de produits financiers et a une incidence sur les prêts aux ménages et aux entreprises. Mais les enquêtes ont montré comment les traders au sein des banques manipulaient les taux communiqués au panel afin d'en tirer des profits sur leurs positions ou de faire apparaître leur banque plus solide.

Les autorités britanniques avaient décidé l'an dernier de confier le Libor à une nouvelle organisation, la BBA, qui supervise actuellement la fixation de ce taux central dans le monde de la finance, ayant "clairement échoué", selon elles. La période de transition, avant que NYSE Euronext ne devienne responsable de la supervision du Libor, "devrait s'achever début 2014". "La nomination d'un nouvel administrateur est un pas en avant majeur dans la réforme du Libor", a jugé la commission, qui estime que l'opérateur boursier, qui détient notamment les Bourses de New York et de Paris, était "le mieux placé" parmi les candidats pour "restaurer la crédibilité internationale" du Libor.

Le scandale du Libor avait éclaté il y a un an, lorsque la banque Barclays a révélé qu'elle allait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain. La banque suisse UBS et la britannique Royal Bank of Scotland (RBS) ont été également condamnées par la suite et une vingtaine d'autres grandes banques internationales sont dans la ligne de mire des autorités, notamment aux États-Unis. Une quinzaine d'établissements y ont été assignés à comparaître devant la justice, dont JPMorgan, Citigroup, Barclays, UBS et Deutsche Bank.

En savoir plus sur:

Nos partenaires