La réforme bancaire a un prix mais devrait offrir une meilleure stabilité financière

21/08/14 à 14:24 - Mise à jour à 14:24

Source: Trends-Tendances

Les réglementations bancaires adoptées à la suite de la crise économique et financière de 2008 ont coûté 0,74% de la croissance du PIB et 25.000 emplois. Ce nouvel arsenal législatif devrait cependant assurer une plus grande stabilité financière, selon une étude du bureau d'audit et de conseil PwC diffusée jeudi.

La réforme bancaire a un prix mais devrait offrir une meilleure stabilité financière

© ThinkStock

Les réformes bancaires structurelles menées depuis 2008 ont pour objectif de réduire à l'avenir la probabilité et le coût des crises. Elles doivent également stabiliser le secteur financier. Selon les données de PwC, ces réglementations ont un coût estimé à 0,7% du PIB belge, soit 2,8 milliards d'euros par an, pour les 30 prochaines années. Quelque 25.000 emplois seront ainsi également sacrifiés.

L'étude du cabinet d'audit étudie également la possibilité d'un renforcement de cette législation au cours des prochaines années. PwC inclut notamment dans ce calcul l'instauration d'une taxe sur les transactions bancaires ainsi que le maintien de la contribution à la stabilité financière. Des mécanismes de surveillance plus sévères auraient pour conséquence un PIB réduit de 1,5%, soit 5,7 milliards d'euros par an et 81.000 emplois en moins sur les 30 prochaines années.

"Le défi pour les réglementations visant à limiter la probabilité et l'impact des crises futures éventuelles est de permettre tant au secteur bancaire qu'à l'économie au sens plus large de prospérer", estime Roland Jeanquart, partenaire services financiers de PwC. La firme conseille dès lors de "soupeser attentivement les avantages de l'introduction de nouvelles réglementations dans le secteur, au regard des coûts engendrés, en gardant à l'esprit l'importance pour la Belgique d'un système bancaire compétitif, capable de soutenir des services d'intermédiation vitaux pour l'économie réelle".

L'étude a été réalisée à l'initiative de Febelfin, la fédération belge du secteur financier.

En savoir plus sur:

Nos partenaires