Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

06/08/18 à 10:27 - Mise à jour à 10:27

La question qui tue le moral en 5 secondes...

Et si au lieu d'acheter des produits Apple, nous avions plutôt acheté des actions Apple? C'est une bonne question: le calcul a d'ailleurs été fait pour chacun des produits de la firme à la pomme. Le résultat est clair: nous serions tous plus riches aujourd'hui. Amid Faljaoui nous en dit plus sur cette valorisation en Bourse d'Apple à 1.000 milliards de dollars qui fait fantasmer les investisseurs...

La question qui tue le moral en 5 secondes...

© Getty Images/iStockphoto

La valorisation boursière d'Apple qui a atteint le record stratosphérique de 1.000 milliards de dollars le jeudi 2 août a fait rêver certains lecteurs, certains se sont même demandé pourquoi ils n'avaient pas acheté d'actions Apple. C'est sur cette base-là que le journal économique français Les Echos a décidé de faire le calcul pour nous: qu'aurions-nous en poche aujourd'hui si, au lieu d'acheter des produits ou des services d'Apple à chaque fois que ceux-ci sont sortis sur le marché, nous avions plutôt acheté des actions Apple? Voilà la question qui tue le moral en 5 secondes, car tous les calculs établis par Les Échos arrivent à la même conclusion: nous serions tous plus riches.

En effet, si nous avions adopté cette démarche, nous aurions aujourd'hui 283.195 dollars en poche. Pas de quoi devenir vraiment riche, mais de quoi être à l'abri pendant quelques années si on considère que ce montant représente un salaire mensuel de 3.000 dollars pendant 8 ans.

Reprenons les comptes séparément. Prenez l'iMac: à sa sortie en 1998, il valait 1.299 dollars. Si vous aviez décidé de ne pas l'acheter, mais de consacrer cette somme à acheter des actions Apple, vous auriez pu acheter avec cette somme 871 actions Apple d'une valeur de 1,49 dollar à l'époque et transformer cette somme aujourd'hui en une plus-value boursière de 179.033 dollars! C'est évidemment énorme comme différence.

Imaginons maintenant que vous êtes un fou de musique, et que si au lieu d'acheter le baladeur iPod en 2001 lorsqu'il est sorti, vous aviez acheté 306 actions Apple d'une valeur de 1,3 dollar, eh bien, aujourd'hui, vous auriez empoché une plus-value de 62.955 dollars!

Le journal Les Échos a fait le calcul avec chacun des produits Apple y compris l'iPhone: à chaque fois, le résultat est le même: il aurait mieux valu acheter des actions Apple plutôt que ses produits. Je parle de ce calcul fictif, car il est typique des regrets boursiers: il démontre qu'il faut investir le plus tôt possible dans une action dans laquelle on croit et qu'il faut miser sur le long terme et ne pas vendre à la moindre contrariété boursière. C'est typiquement le genre de discours que vous tiennent les spécialistes boursiers pour nous montrer à quel point nous sommes nuls en matière de placement.

En réalité, ce raisonnement est faux. D'abord parce que même les actionnaires de départ d'Apple ont vendu leurs actions il y a longtemps, pour la simple raison que le cours de bourse d'Apple avant de décoller avec l'iPhone était plutôt semblable à des montagnes russes et si même les fondateurs avaient cessé d'y croire, que dire de simples particuliers? Ensuite parce qu'il y a des tas d'exemples contraires qui démontrent que s'entêter à garder une action peut-être suicidaire sur le plan financier. Enfin, il faut se méfier des raisonnements à l'envers. C'est facile de venir aujourd'hui expliquer ce qu'il fallait faire hier: forcément, nous avons des éléments et des informations aujourd'hui que nous n'avions pas hier. À ce rythme-là, nous serions tous gagnants au Lotto!

En savoir plus sur:

Nos partenaires