La police contre la criminalité économique risque de voir s'envoler son expertise

24/06/11 à 14:16 - Mise à jour à 14:16

Source: Trends-Tendances

La ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom a mis en garde vendredi face au danger de voir s'étioler, faute de gouvernement, l'expertise dont jouissent au sein de la police les services de lutte contre la criminalité économique et financière.

La police contre la criminalité économique risque de voir s'envoler son expertise

© Image Globe / DIRK WAEM

Un tiers du personnel, voire la moitié dans certains services, est susceptible de partir à la retraite en 2014. Or, les jeunes sortis des écoles ne sont actuellement pas en mesure d'être engagés.

"Une personne sur trois est susceptible de prendre sa pension dans les services, qui en comptent 270. Il faut absolument un gouvernement de plein exercice. Des budgets sont nécessaires pour engager des jeunes au plus vite de sorte qu'ils puissent bénéficier de l'expertise de leurs aînés", a indiqué vendredi Mme Turtelboom.

"Dans certains services, la situation est plus criante encore. A la lutte contre la corruption, c'est la moitié des 80 agents qui est susceptible de partir à la retraite en 2014", a précisé Johan Denolf, directeur "criminalité économique et financière" à la police judiciaire fédérale.

Il a souligné la nécessité de soutenir la lutte contre la criminalité économique. "Tenant compte d'un coût évalué à cent, intégrant les frais de véhicules et d'infrastructures, chaque agent rapporte six à sept fois l'investissement", a-t-il fait valoir.

La direction de la lutte contre la criminalité économique et financière de la police judiciaire fédérale présentait vendredi son bilan de l'année 2010, lors d'une conférence de presse à laquelle étaient associés la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom et le secrétaire d'État chargé de la Lutte contre la fraude, Carl Devlies.

Il en ressort notamment que le nombre de faux documents mis au jour a diminué d'un quart en quatre ans, le nombre de faux billets en euros a augmenté de 50% par rapport à 2009 (statistique influencée par les agissements d'une importante bande de faux-monnayeurs qui a été interpellée), le phénomène du skimming (copie de carte bancaire) a augmenté de 114% (mais il s'est éteint en 2011 après le blocage de la carte Maestro hors Europe), le préjudice dû à la fraude Internet a augmenté de 14%.

Trends.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires