La justice espagnole réclame 800 millions d'euros de caution à Bankia

13/02/15 à 19:06 - Mise à jour à 18:59

Source: Belga

La justice espagnole a réclamé vendredi à Bankia et à son ancien patron, Rodrigo Rato, ex-directeur du FMI, une caution de 800 millions d'euros, dans le cadre d'une enquête sur les conditions d'entrée en Bourse de cette banque, qui a tourné au fiasco.

La justice espagnole réclame 800 millions d'euros de caution à Bankia

© BELGAIMAGE

Cette somme devra être versée "dans un délai d'un mois et solidairement" par Bankia, sa maison mère BFA et quatre anciens responsables de Bankia, dont Rodrigo Rato, faute de quoi leurs biens seront saisis, selon la décision du juge Fernando Andreu de l'Audience nationale, la juridiction chargée des affaires financières à Madrid. Cette caution d'un montant exceptionnel permettrait de couvrir d'éventuelles indemnités en cas de condamnation.

La banque a immédiatement fait savoir qu'elle compte faire appel de cette décision.

Le juge enquête sur les conditions d'entrée en Bourse en juillet 2011 de Bankia, née fin 2010 de l'union de sept caisses d'épargne en difficultés, une opération qui aurait été entachée d'irrégularités. La banque est notamment soupçonnée d'avoir présenté des comptes erronés avant d'être introduite sur le marché.

Bankia avait quasiment fait faillite moins d'un an plus tard, ruinant des centaines de milliers de petits actionnaires qui avaient acheté des titres. Ce fiasco avait obligé le gouvernement espagnol à la nationaliser et précipité un sauvetage européen du secteur bancaire espagnol de 41,4 milliards d'euros, dont la moitié rien que pour cette banque.

Rodrigo Rato, ancien ministre de l'Economie avant de diriger le Fonds monétaire international (FMI) entre 2004 et 2007, est poursuivi dans ce dossier pour escroquerie, détournement de fonds et falsification de comptes. Bankia reste aujourd'hui détenue à près de 62,5% par BFA, un organisme contrôlé par l'Etat.

D'autres fronts judiciaires sont ouverts contre l'établissement bancaire. La dernière affaire en date porte sur le fait que d'anciens dirigeants et des membres du conseil d'administration de Bankia utilisaient leurs cartes bancaires professionnelles pour régler des achats personnels.

En savoir plus sur:

Nos partenaires