La fin du secret bancaire pourrait coûter très cher au Luxembourg

01/04/14 à 21:18 - Mise à jour à 21:18

Source: Trends-Tendances

Le Luxembourg pourrait perdre 15 milliards d'actifs et jusqu'à 2.000 emplois avec la fin du secret bancaire, selon une étude publiée mardi par le service luxembourgeois de la statistique (Statec).

La fin du secret bancaire pourrait coûter très cher au Luxembourg

© Image Globe

"A la suite de l'introduction de l'échange automatique d'informations, environ 15 milliards d'actifs sous gestion pourraient quitter la place, soit 5% du total", estime le Statec.

Après des années de blocage, le gouvernement luxembourgeois a annoncé le 20 mars dernier lors d'un sommet européen à Bruxelles qu'il abandonnait le secret bancaire en donnant, avec l'Autriche, son feu vert à la révision de la loi européenne sur la fiscalité de l'épargne.

Cette directive révisée, qui comme toute législation européenne en matière fiscale requérait l'unanimité des 28 pour être adoptée, étendra dès 2017 l'échange automatique d'informations fiscales aux produits d'assurance, aux trusts ou aux fondations, permettant de viser les véritables destinataires des paiements, qui se cachent parfois derrière des sociétés écrans.

Le Luxembourg avait déjà annoncé en avril 2013 qu'il accepterait de passer à l'échange automatique d'informations mais à condition que cinq États tiers, dont la Suisse, fassent de même. Le 20 mars dernier, le Premier ministre Xavier Bettel a estimé que ces conditions étaient remplies.

Le passage à l'échange automatique d'informations fiscales devrait également peser sur le niveau de l'emploi dans le secteur financier, qui est le moteur de l'économie luxembourgeoise puisqu'il générait un tiers des recettes fiscales en 2013.

Selon les chiffres du Statec, il faut s'attendre à une baisse d'un millier d'emplois dans le secteur financier, qui comptait fin mars 44.222 personnes au Luxembourg. Il faut y ajouter, par effets induits, une baisse d'emplois dans le reste de l'économie représentant entre 500 et 1.000 personnes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires