La filiale italienne Dexia Crediop ne peut plus accorder de crédits

16/07/14 à 20:22 - Mise à jour à 20:22

Source: Trends-Tendances

Le groupe Dexia, qui fait l'objet d'un processus de "résolution ordonnée", a annoncé mercredi que sa filiale italienne Dexia Crediop n'était désormais plus en mesure d'accorder des crédits, faute d'avoir pu obtenir une extension de son autorisation par la Commission européenne.

La filiale italienne Dexia Crediop ne peut plus accorder de crédits

© Image Globe

Le groupe Dexia rappelle que dans une décision du 28 décembre 2012, la Commission européenne avait octroyé à Dexia Crediop une enveloppe de production de 200 millions d'euros, pour lui permettre d'accorder des crédits à ses clients existants et ce, pour une période d'un an.

"Afin de faciliter la poursuite de discussions engagées avec un acheteur potentiel, cette fenêtre de production a été prolongée de six mois supplémentaires par la Commission européenne soit jusqu'au 28 juin 2014, à la demande des Etats actionnaires et de Dexia. Les discussions entre les différentes parties se poursuivent actuellement mais n'ont pas encore permis d'aboutir à ce jour à la signature d'une offre ferme", explique le groupe dans un communiqué.

Toutefois, la Commission européenne a confirmé le 15 juillet 2014 la mise en extinction de Dexia Crediop, en l'absence d'une offre ferme de cession. Dexia précise qu'il continue cependant à chercher un repreneur pour sa participation de 70% dans Dexia Crediop. La banque devra désormais se contenter de mener à leur terme ses engagements existants, sans en prendre de nouveaux.

Sauvé de la faillite par les Etats belge et français à l'automne 2008, le groupe Dexia a été durement frappé par la crise de la dette, ce qui a rendu nécessaire un second sauvetage en octobre 2011 lors duquel l'Etat belge avait nationalisé Dexia Banque Belgique, désormais Belfius.

Le groupe résiduel, qui a cédé ses filiales les plus importantes (Dexia Banque Belgique, Dexia BIL, Denizbank, ...), est désormais détenu à 44% par la France et 50% par la Belgique, le solde étant détenu principalement par le Grand-Duché du Luxembourg.

Nos partenaires