La Bourse reprend du poil de la bête

26/04/12 à 11:34 - Mise à jour à 11:34

Source: Trends-Tendances

Les capitaux levés lors des entrées en Bourse du premier trimestre se sont hissés à 2,299 milliards d'euros. Nettement mieux qu'à la fin de 2011... mais un peu moins bien qu'au premier trimestre de l'année passée.

La Bourse reprend du poil de la bête

© Bloomberg

Après une année 2011 difficile pour les places financières européennes, les introductions en Bourse reprennent au premier trimestre de 2012. Un début d'année prometteur, selon une étude de la société d'audit PwC publiée jeudi.

Lors des trois derniers mois de 2011, les capitaux levés lors de ces IPO (initial public offerings) s'étaient élevés à 866 millions d'euros, alors que les produits se sont hissés à 2,299 milliards d'euros au premier trimestre de 2012. Comparé à la même période de 2011, où le volume s'était élevé à 2,96 milliards, ils sont néanmoins en recul.

La Bourse de Varsovie a enregistré le plus grand nombre d'IPO d'Europe

Au premier trimestre de 2012, le nombre d'entrées en Bourse s'est élevé à 58, contre 95 lors de la même période de 2011. "Avec 25 nouvelles entrées pour un volume total de 14 millions d'euros, c'est de nouveau la Bourse de Varsovie qui a enregistré le plus grand nombre d'IPO", précise PwC. A la Bourse de Londres, 16 IPO ont généré un volume de 621 millions d'euros.

Le volume d'émissions le plus élevé revient au groupe Nyse Euronext, avec 975 millions. Celui-ci peut aussi se targuer de la plus importante entrée en Bourse au premier trimestre, à savoir celle du câblo-opérateur néerlandais Ziggo (804 millions d'euros), ajoute Pwc.

"Les hausses de cours durables sur les marchés d'actions ont renforcé la confiance de nombreux candidats à une introduction en Bourse, observe Philipp Hofstetter, associé conseil économique chez PwC Suisse. En l'absence de revers, le deuxième trimestre devrait enregistrer d'autres émissions, en particulier d'entreprises ayant dû reporter leurs projets en raison des turbulences sur les marchés en 2011."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires