La Belgique sort de la crise mais... la tête basse

18/03/14 à 11:22 - Mise à jour à 11:22

Source: Trends-Tendances

Voici quelques jours, l'agence de notation Standard & Poor's relevait ses perspectives sur notre pays. La crise serait-elle finie ? Oui, parce que notre activité a dépassé à nouveau celle d'avant crise. Non, parce que nos problèmes de dette et de compétitivité ne sont pas résolus.

La Belgique sort de la crise mais... la tête basse

© Thinkstock

Ceux qui voudraient se faire une idée claire de la situation économique du pays sont perplexes. Les jours pairs, on leur dit que notre pays est enfin sorti de la crise qui sévit depuis 2008 et que les marchés nous regardent comme un pays sûr et crédible. Les jours impairs, on leur clame que la crise mettra encore des années à être digérée et que le pays doit encore affronter des défis majeurs. Qui a raison ? En réalité, tout le monde. Car les signaux positifs pointent surtout l'amélioration de nos perspectives économiques à court terme. Alors que les inquiétudes, elles, concernent l'évolution du pays à plus long terme.

Tout d'abord, c'est indéniable, il y a une raison de se réjouir aujourd'hui : depuis quelques mois, nous produisons davantage de richesses qu'en 2008. Autrement, dit, l'impact des deux récessions, celle de 2009 et celle, plus légère, de 2011, est effacé. Ce redressement s'accompagne d'une performance boursière similaire : l'indice belge de référence, le Bel 20, a lui aussi dépassé depuis peu son niveau de septembre 2008. Nos taux d'intérêt restent bas, ce qui est tout bon pour les finances de l'Etat, et les marchés obligataires européens restent calmes.

Un point d'orgue marque d'ailleurs ce concert de notes positives : le 28 février, l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a relevé ses perspectives sur la note financière du pays. En lui assignant désormais une perspective stable (alors qu'auparavant, elle était négative), S&P considère qu'il y a désormais moins d'une chance sur trois pour que la note du pays soit abaissée dans les mois qui viennent.

Vous retrouverez cet article complet dans le magazine Trends-Tendances de cette semaine.

Nos partenaires