La Banque du Portugal met en cause les anciens dirigeants

31/07/14 à 09:45 - Mise à jour à 09:45

Source: Trends-Tendances

La banque du Portugal a mis en cause jeudi la gestion de Banco Espirito Santo (BES) par l'ancienne équipe dirigeante, soupçonnée de pratiques illégales ayant contribué à alourdir la perte nette semestrielle à hauteur d'1,5 milliard d'euros.

La Banque du Portugal met en cause les anciens dirigeants

© Belga Image

Ces pratiques, détectées par un audit externe en juillet, laissent entrevoir "une gestion gravement préjudiciable aux intérêts de BES" et "un non-respect des recommandations de la Banque du Portugal", indique l'institution dans un communiqué. "L'audit légal commandé par la Banque du Portugal permettra de déterminer les responsabilités individuelles", y compris celles de l'ancien PDG Ricardo Salgado et de son directeur financier Amilcar Morais Pires, susceptibles de poursuites.

A cette perte jusqu'ici inexpliquée d'1,5 milliard d'euros, s'ajoute une provision de 2 milliards d'euros que la Banque du Portugal avait réclamée pour couvrir l'exposition de BES à la dette du groupe Espirito Santo. BES a annoncé mercredi avoir essuyé une perte historique de 3,57 milliards d'euros au premier semestre, dont 3,48 milliards d'euros pour le seul deuxième trimestre.

La banque a vu son ratio de fonds propres descendre à 5%, contre 9,8% fin mars, en dessous du minimum de 7% requis par la Banque du Portugal. Le superviseur bancaire a en outre décidé de suspendre les droits de vote de la famille Espirito Santo dans la banque, dont elle détient 20,1% à travers une cascade de holdings.

La Banque du Portugal, qui avait indiqué lundi que des investisseurs étaient prêts à "assumer une position de référence" dans la banque Espirito Santo, a réitéré sa préférence pour une solution privée.

Dans le même temps, "la solidité de la banque est sauvegardée" grâce à l'enveloppe de 12 milliards d'euros allouée dans le cadre du plan de sauvetage international du pays dont il reste 6,4 milliards d'euros.

En savoir plus sur:

Nos partenaires