La banque d'Angleterre maintient inchangée sa politique monétaire

14/07/16 à 14:07 - Mise à jour à 14:41

Source: Afp

La Banque d'Angleterre (BoE) a maintenu jeudi son taux d'intérêt à 0,50% malgré la décision des Britanniques de quitter l'UE, mais la plupart des membres de son comité de politique monétaire s'attend à un assouplissement en août, selon les minutes de leur réunion de juillet.

La banque d'Angleterre maintient inchangée sa politique monétaire

© BELGAIMAGE

Cette décision constitue une demi-surprise pour un certain nombre d'analystes qui avaient jugé probable une baisse de taux. De nombreux investisseurs sur les marchés avaient toutefois anticipé un assouplissement monétaire et la livre montait franchement face au dollar et à l'euro après cette décision.

Le gouverneur de la BoE avait prévenu fin juin qu'un "certain assouplissement monétaire devrait être nécessaire cet été", ce qui avait intensifié les spéculations autour d'une action possible dès le mois de juillet. Finalement le taux directeur de la BoE est maintenu à 0,50%, comme depuis mars 2009 quand il avait été abaissé à ce niveau historiquement bas alors que le Royaume-Uni était en récession.

"Les données officielles sur l'activité économique pour la période depuis le référendum ne sont pas encore disponibles. Cependant, il y a des signes préliminaires du fait que le résultat a affecté le moral des ménages et des entreprises, avec de fortes baisses de certaines mesures de confiance des consommateurs et des entreprises", a souligné la banque centrale britannique.

La BoE s'est dite prête à "prendre toute action nécessaire pour soutenir la croissance et faire revenir l'inflation à son niveau cible (de 2%)", et "à cette fin, la plupart des membres du Comité s'attend à ce que la politique monétaire soit assouplie en août", ont révélé les minutes de la réunion du CPM achevée le 13 juillet.

Mais la BoE a souligné aussi que malgré la forte réaction sur les marchés financiers après l'annonce le 24 juin de la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE), "les marchés ont bien fonctionné, et l'amélioration de la résistance du système financier du Royaume-Uni, et la flexibilité du cadre de régulation, ont permis de limiter plutôt que d'amplifier l'impact du résultat du référendum".

Le CPM a donc décidé en majorité d'attendre et d'étudier dans les semaines à venir de quelle façon les perspectives pour l'économie britannique ont changé suite au résultat du référendum. Il rendra sa nouvelle décision de politique monétaire le 4 août.

En savoir plus sur:

Nos partenaires