L'union bancaire en zone euro, "la" priorité du FMI

22/06/12 à 09:06 - Mise à jour à 09:06

Source: Trends-Tendances

La priorité immédiate est d'agir concrètement pour déboucher sur une union bancaire dans la zone euro, estime le FMI. Un point important pour l'UE elle-même, mais "essentiel" pour l'Eurozone.

L'union bancaire en zone euro, "la" priorité du FMI

© Reuters

L'objectif prioritaire des pays de la zone euro pour progresser vers l'achèvement de l'Union économique et monétaire doit être de réaliser une union bancaire, a indiqué jeudi le Fonds monétaire international.

"La priorité immédiate est d'agir concrètement pour déboucher sur une union bancaire dans la zone euro, indique ainsi le FMI dans un communiqué annonçant la conclusion de l'examen économique annuel de la zone. Si l'union bancaire est quelque chose de souhaitable au niveau des 27 pays de l'Union européenne, c'est quelque chose d'essentiel pour les 17 de la zone euro."

Le G20 a annoncé mardi à l'issue de son sommet de Los Cabos que les Etats de la zone euro présents au sein de ce forum de pays riches s'étaient engagés à oeuvrer en faveur d'une union bancaire. "Le plan de réforme proposé par l'UE pour harmoniser les systèmes nationaux de résolution des faillites bancaires est une première étape nécessaire, estime le Fonds. Mais il doit être poussé plus loin."

Le FMI appelle la BCE à être "plus créative et plus inventive"

Le FMI appelle de ses voeux un système de garantie des dépôts à l'échelle régionale qui permettrait de casser les liens entre les banques et leurs Etats d'origine, et de soutenir la confiance des épargnants.

Le texte plaide également en faveur d'un "système de supervision bancaire (...) commun pour empêcher une poursuite de la désintégration du système financier".

Présente jeudi à Luxembourg, Christine Lagarde, directrice générale du Fonds, a appelé la BCE à se montrer "plus créative et plus inventive" en termes de politique monétaire, afin de venir en aide à une zone euro engluée dans la crise. "Cela peut passer par le programme de rachats d'obligations souveraines ou par une politique plus traditionnelle, c'est à la BCE d'en décider", a-t-elle estimé lors d'une conférence de presse en marge d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires