L'or atteint de nouveaux sommets historiques

12/05/10 à 09:12 - Mise à jour à 09:12

Source: Trends-Tendances

1.235 dollars l'once à Hong Kong, 1.235,20 dollars à New York : l'or a profité des inquiétudes sur la zone euro, entre mardi et mercredi matin, pour se hisser vers de nouveaux sommets et séduire les investisseurs avides de valeurs refuge. Dans la journée de mercredi, il dépassait même la barre des 1.245 dollars l'once.

L'or atteint de nouveaux sommets historiques

© Thinkstock

Les cours de l'or ont atteint mercredi un nouveau sommet historique à 1.235 dollars l'once vers 4 h 50 GMT à Hong Kong. Les cours de l'or s'étaient déjà envolés hier mardi, à Londres et à New York, pour toucher de nouveaux records historiques, alors qu'une nouvelle poussée d'inquiétudes sur la zone euro incitait les investisseurs à acheter des valeurs refuge.

L'once de métal jaune s'est hissée jusqu'à 1.234,50 dollars vers 21 h 15 (heure belge) sur le marché au comptant, bien au-dessus de son précédent record historique de 1.226,56 dollars atteint le 3 décembre 2009. A New York, le contrat pour livraison à juin, le plus échangé, a grimpé jusqu'à 1.235,20 dollars dans les échanges d'après clôture, là encore bien loin de son précédent sommet qui était de 1.227,50 dollars. Il avait clôturé un peu plus tôt à 1.220,30 dollars.

L'or inscrit un nouveau record historique à plus de 1.245 dollars

[UPDATE 1] Les cours de l'or ont encore amélioré leur record mercredi et dépassé pour la première fois 1.245 dollars l'once, le métal jaune faisant jouer ses qualités de valeur refuge face aux inquiétudes persistantes sur les dettes des pays de la zone euro. A 12 h 55 (heure belge), l'once d'or a ainsi atteint 1.245,07 dollars, une nouvelle performance sur le marché au comptant de Londres, qui sert de référence mondiale.

Depuis le début des échanges européens, l'or vole de records en records. Après avoir enfoncé la veille un record historique datant de décembre dernier (à 1.226,56 dollars), l'or s'avance dans des territoires encore inexplorés.

"La crainte persistante que la crise de la dette se propage aux autres pays de la zone euro (après la Grèce) malgré le plan d'aide de 750 milliards d'euros décidé par l'Union européenne, et qu'elle contribue par conséquent à une déstabilisation du système financier, poussent les investisseurs vers le métal jaune", explique Eugen Weinberg, analyste chez Commerzbank.

Contrairement aux actions et aux obligations, qui dépendent d'un émetteur (une entreprise ou un Etat), le métal jaune ne présente aucun risque de défaut, ce qui en fait la valeur refuge idéale.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires