L'Opep entrevoit un marché du pétrole en "déficit" l'an prochain

13/05/16 à 13:30 - Mise à jour à 13:29

Source: Belga

Le marché pétrolier, toujours excédentaire, pourrait se retourner en 2017 et afficher un "déficit net" en raison d'une baisse de production des pays n'appartenant pas à l'Opep, estime cette organisation dans son rapport mensuel publié vendredi à Vienne.

L'Opep entrevoit un marché du pétrole en "déficit" l'an prochain

© iStock

"Il y a des signes convergents de baisses de production des pays hors-Opep, qui devraient probablement retourner le marché et le placer en déficit net en 2017", estime l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Cette chute de production résulte notamment de la réduction des investissements dans plusieurs pays ces derniers mois, dans un contexte de prix bas, avec à la clé par exemple une chute de plus de moitié en un an des puits en exploitation aux Etats-Unis.

L'Opep note également des baisses substantielles de production en Colombie, au Mexique et au Kazakhstan, qui dans le cas de ces deux derniers pays "pourraient se poursuivre en 2017".

Pour 2016 en revanche, le cartel de 13 pays, qui pompe environ un tiers du brut mondial, entrevoit toujours une surproduction, ses prévisions de production et de consommation mondiales restant inchangées.

Selon l'organisation, la demande moyenne doit toujours s'établir à 94,18 millions de barils par jour (mbj), pour une production non-Opep de 56,4 mbj.

En pratique, cela signifie une surproduction d'environ 1 million de barils quotidiens, le cartel ayant pompé quelque 32,44 mbj en avril après 32,25 mbj en mars, selon le rapport.

"Fondamentalement, la surproduction demeure et la production reste élevée", relève l'Opep, même s'il y a des "signes selon lesquels la situation de surabondance persistante d'offre est susceptible de s'atténuer".

D'ores et déjà, les cours ont rebondi de 40% depuis leur plus bas en janvier, "portés par la perspective d'une accélération d'une baisse de la production américaine de brut, un dollar faible, des interruptions de fournitures et des prévisions de forte baisse de la production hors-Opep", note le rapport.

Malgré des tiraillements internes, l'Opep refuse depuis plusieurs mois de réduire unilatéralement sa production, ce qui la conduirait à céder des parts de marché. L'Arabie saoudite parie à l'inverse précisément sur une réduction de la concurrence de pays moins compétitifs à la faveur des prix bas.

De fait, la production du cartel a tendance à augmenter, en raison notamment de la montée en puissance de l'Iran après la levée, en janvier, des sanctions internationales qui frappaient ce pays. En avril, la République islamique, qui vise une production de 4 mbj, a vu sa production quotidienne progresser de près de 200.000 barils, à 3,45 mbj.

Jeudi, l'Agence internationale de l'énergie avait souligné dans son propre rapport que le marché était en voie de rééquilibrage, en raison d'une chute plus forte que prévu de la production hors-Opep.

Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), avant la publication du rapport, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 47,40 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 68 cents par rapport à la clôture de jeudi, où il avait atteint un plus haut depuis novembre.

En savoir plus sur:

Nos partenaires