L'OPA sur Spadel est un "échec", selon Deminor

29/12/15 à 15:02 - Mise à jour à 15:01

Source: Belga

L'OPA lancée par la société Finances & Industries de Marc du Bois, le CEO de Spadel, sur la société d'eaux minérales naturelles (Spa, Bru, Carola, etc.), est un "échec", estime mardi Deminor qui rappelle son opposition à tout "delisting" de l'action Spadel et son souhait d'obtenir le versement d'un dividende exceptionnel.

L'OPA sur Spadel est un "échec", selon Deminor

© belga

On apprenait lundi qu'un total de 6.197 actions supplémentaires ont été apportées à la société Finances & Industries (F&I) dans le cadre de la réouverture de son offre publique d'acquisition sur Spadel, ce qui porte désormais à 93,03% la participation de F&I dans le capital de Spadel. Cela reste toutefois en-deça de la barre de 95% ouvrant la voie à un "squeeze out", une procédure qui permet de forcer les derniers actionnaires à céder leurs titres.

L'objectif de Marc du Bois, via cette offre publique d'acquisition, est de sortir Spadel de la Bourse. "L'OPA de Marc du Bois via F&I est donc un échec. F&I détient à ce jour 3.861.197 actions Spadel soit 93,03% du capital. Après deux périodes d'OPA, Marc du Bois n'a donc pu obtenir que 23,97% des actions Spadel qu'il entendait acquérir", réagit Deminor dans un communiqué.

Alors que Finances & Industries a laissé entendre qu'il se réserve tout de même le droit de demander auprès de la FSMA et d'Euronext Bruxelles la radiation de la cotation des actions de Spadel, Deminor confirme qu'il s'opposera "pour le compte des minoritaires par tous les moyens à cette demande". "L'opposition des minoritaires est encore plus grande, car Deminor représente à présent 47 actionnaires qui détiennent ensemble 5,17% du capital", poursuit le cabinet de conseils aux actionnaires minoritaires.

Deminor se dit en outre déterminé à permettre aux actionnaires minoritaires de faire usage de leur faculté à faire inscrire des points à l'agenda de la prochaine assemblée générale extraordinaire -prévue le 9 juin 2016. Deminor réclame également la distribution d'un dividende exceptionnel. "En effet, tant l'offrant que les administrateurs indépendants ont indiqué dans le prospectus leur intention de distribuer environ 9 euros par action, soit au total 36 millions d'euros, mais cette distribution n'était envisagée qu'en faveur de l'offrant et que dans le cas d'une réussite de l'OPA et de l'offre de reprise.

Deminor estime que cette distribution doit intervenir même en cas d'échec de l'OPA, ces liquidités appartenant à tous les actionnaires", ajoute le cabinet de conseils.

En savoir plus sur:

Nos partenaires