L'OLO passe en dessous de 1%: Merci M. Draghi !

26/11/14 à 13:46 - Mise à jour à 13:45

Source: Trends-Tendances

Historique: notre taux à 10 ans passe sous 1%. La baisse des taux européens est générale. Elle est causée par l'espoir d'un achat d'obligations d'Etat par la BCE.

L'OLO passe en dessous de 1%: Merci M. Draghi !

© AFP/Getty Images

Les taux d'intérêt sur les obligations d'Etat européennes ne cessent de baisser. Ce mercredi, le rendement de notre OLO belge sur 10 ans est passé en dessous de 1%, ce qui n'avait été jamais vu.

La baisse est générale : le rendement de l'obligation espagnole sur 10 ans est passé sous les 2% lundi, le Bund allemand ne procure plus que 0,75% et les OAT françaises 1% .

Pourquoi des investisseurs continuent-ils à acheter des emprunts d'état à ce prix ?

Essentiellement en raison de la politique de la Banque centrale européenne (BCE). Voici quelques jours, devant le parlement européen, Mario Draghi a en effet ressorti sa phrase magique : la BCE fera "whatever it takes", tout ce qu'il faudra, pour soutenir l'euro.

Le président de la BCE a même indiqué que parmi les outils qu'il pourrait utiliser, il n'exclut pas des achats d'obligations d'Etat de la zone euro. C'est l'espoir d'achats massifs d'obligations d'Etat et de la mise en oeuvre d'un véritable assouplissement monétaire, venant compléter la mesure d'assouplissement "light" qui a été annoncée à la rentrée (la BCE commence à acheter des titre liés à des crédits bancaires) qui pousse les prix des obligations européennes vers le haut, et donc les rendements vers le bas.

Ce mouvement est en outre accentué par deux effets. L'effet refuge que suscite la publication de chiffres montrant un essoufflement de la croissance en Allemagne et en Chine. Les hoquets de l'économie mondiale incitent des investisseurs à se tourner vers les placements sans risque.

Et un effet saisonnier : la fin de l'année voit traditionnellement un flux d'argent frais cherchant à s'investir (notamment des versements de prime d'assurance et d'épargne pension).

En savoir plus sur:

Nos partenaires