L'investisseur belge présente un profil défensif et ne se montre guère optimiste

29/04/14 à 16:38 - Mise à jour à 16:38

Source: Trends-Tendances

Les investisseurs belges présentent un profil conservateur, ne sont guère optimistes quant à l'environnement économique et visent avant tout à s'assurer une sécurité financière pour le futur, ressort-il d'une enquête commanditée par le gestionnaire de fonds Legg Mason auprès d'un panel de 4.320 investisseurs de 20 pays, dont la Belgique.

L'investisseur belge présente un profil défensif et ne se montre guère optimiste

Parmi les investisseurs belges interrogés, 83% considèrent avoir un profil conservateur pour leurs investissements, alors que la moyenne mondiale ne se monte qu'à 65%.

"On constate toutefois une sorte de dichotomie: quand on demande à l'investisseur belge le niveau de rentabilité qu'il attend, il cite 6,9% mais dans le même temps il précise avoir perçu un rendement de 4% en 2013. L'investisseur belge se dit défensif mais attend une rentabilité plus élevée qu'il n'arrive pas à atteindre", explique Eric Simonnet, Business Development Manager Benelux chez Legg Mason.

S'il devait prendre davantage de risques, l'investisseur belge se verrait plutôt doubler, dans les 12 prochains mois, la part d'actions dans son portefeuille (de 19% à 38%). Il se dit en outre prêt à plus investir à l'international (pays émergents, Chine et USA).

Les investisseurs belges se distinguent par ailleurs par leur manque d'optimisme par rapport à leurs investissements dans les 12 prochains mois et avancent comme principaux risques le manque de croissance en Europe, les taux d'intérêt bas et la crainte d'une hausse de la pression fiscale. Au niveau mondial, c'est l'inflation qui arrive en tête des inquiétudes pour près de la moitié des sondés (49%), devant la crainte de prendre de mauvaises décisions d'investissement (37%).

Enfin, le but premier des investisseurs belges est de s'assurer une sécurité financière pour le futur: 66% des sondés déclarent rechercher principalement le maintien de leur train de vie actuel dans le futur. Vient ensuite la volonté de s'assurer une sécurité financière une fois le moment de la retraite venu.

L'enquête a été réalisée sur la période de décembre 2013 à janvier 2014. Les 200 investisseurs belges sondés, soit 70% d'hommes et 30% de femmes, étaient âgés en moyenne de 59 ans et disposaient en moyenne de 2,2 millions de dollars d'actifs et 377.000 dollars de revenu brut annuel.

Nos partenaires